×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Energies renouvelables
    Cluster solaire: La 1re génération de projets

    Par L'Economiste | Edition N°:4459 Le 10/02/2015 | Partager
    Premiers appels à projets «Fast Track to Market-FT2M»
    2015 sous le signe de l’opérationnel

    L’émergence de champions nationaux, capables de développer un savoir-faire dans les technologies solaires pour le marché local et africain, est l’un des enjeux du lancement du Cluster solaire

    Lancé par Masen avec d’autres partenaires publics et privés du secteur, il y a déjà près d’une année, le Cluster solaire déploie ses premières actions. La plateforme s’associe avec le Centre marocain d’innovation climatique (MCIC) pour lancer un premier appel à projets «Fast Track to Market» (FT2M), dans le cadre du programme Green business booster, co-développé par les deux organismes. Le FT2M propose un soutien au financement de projets innovants des entreprises spécialisées dans les technologies vertes et l’industrie propre. Cette contribution est de 500.000 DH, avec un plafond fixé à 50% du montant global de l’investissement. Cette opération est en prolongement d’«une première phase de test, à l’issue de laquelle deux projets solaires ont été sélectionnés et co-financés par Masen et la coopération allemande (Giz)», explique-t-on auprès de l’agence. Les objectifs sont clairs. Il s’agit d’abord de «favoriser l’émergence d’une filière d’ingénierie dans les domaines de la maîtrise de l’énergie et des énergies renouvelables, en particulier solaire». L’innovation est l’une des clés à l’émergence de nouveaux métiers dans les cleantechs. En mettant en place ce programme, Masen s’attaque directement à la problématique du financement, le nerf de la guerre. L’autre enjeu consiste à permettre aux PME marocaines de «constituer des références» dans le domaine des technologies propres. L’émergence de champions nationaux, qui pourraient être capables de revendre du savoir-faire sur les marchés subsahariens, en l’occurrence, est en effet l’un des challenges de ce programme. Le dispositif donne justement la priorité aux projets portés par des PME ou ETI, sans exclure ceux présentés par des entreprises plus importantes en termes de taille. Par ailleurs, les projets candidats peuvent aussi être portés par une ou plusieurs entreprises organisées en consortium ou groupement. Toutes les filières sont concernées par cet appel à projets, allant des énergies renouvelables au transport vert, en passant par la biomasse, l’efficacité énergétique, la gestion et traitement des eaux ou encore les services verts. «Le secteur industriel ne sera pas développé par Masen, ONEE ou un quelconque acteur public», commente un membre du directoire de l’agence. «Le secteur ne se développera qu’avec ses propres acteurs. Notre responsabilité est de partager l’information, et de concevoir avec les industriels les outils, dans le cadre d’une plateforme collaborative telle que le cluster», poursuit le responsable. Le Cluster solaire intègre en effet des actions de mise en relation des différentes parties prenantes de la filière solaire. La plateforme intègre aussi un service d’incubation de start-up spécialisées dans les technologies solaires (Green Business Incubator). La dimension networking est également prise en compte, avec la mise en place du «premier réseau social d’entreprise dédié aux énergies renouvelables», avec pas moins de 160 sociétés déjà regroupées au niveau du Morocco green business network.o
    Safall FALL

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc