×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Tanger: Le mauvais temps plane sur le détroit

Par L'Economiste | Edition N°:4432 Le 31/12/2014 | Partager
Le cherki, un fort vent d’Est, balaie la région
Le port de Sebta fermé depuis mardi, TangerMed encore opérationnel

Le mauvais temps n’a pas encore affecté le port TangerMed, mais si la force du vent continue de croître, la navigation risque d’y être interrompue

Le vent d’Est, un habitué des fêtes de fin d’année à Tanger, s’est intensifié ces derniers jours. Depuis le week-end dernier, la vitesse de ce vent connu au nord comme le cherki a atteint des niveaux de force 5 à 6 sur l’échelle de Beaufort, soit l’équivalent de rafales pouvant atteindre les 40 kilomètres par heure.
A l’heure où nous mettions sous presse, la navigation entre les ports de TangerMed et celui d’Algésiras n’était pas affectée, cette vitesse de vent n’étant pas de nature à altérer le trafic essentiellement réalisé à bord de ferrys conventionnels. Par contre, le port de Sebta a été fermé au trafic depuis mardi matin. La force des vents a eu raison du trafic maritime en empêchant la navigation des ferrys rapides qui constituent l’essentiel de la flotte connectant la ville de Sebta avec l’Espagne. Cette situation a créé des embouteillages avec de longues files d’attente au niveau de la frontière de Bab Sebta, essentiellement des vacanciers dépités de voir leurs séjours tomber à l’eau. Selon les prévisions, la force du vent devrait augmenter lors des prochains jours et il n’est pas à écarter qu’elle oblige à fermer le port TangerMed au trafic de passagers. Au terminal à conteneurs, cette météo peu clémente n’empêche pas l’entrée des bateaux au port, mais leur manutention. En effet, les consignes de sécurité draconiennes au port obligent à arrêter les opérations sur les quais dès que les conditions climatiques empirent, une situation qui n’avait pas encore été atteinte, hier mardi 30 décembre. Ceci se traduit par l’impossibilité d’utiliser les grues et les cavaliers, en somme, de charger et de décharger les porte-conteneurs. Les forts vents, surtout à dominance Est ne sont pas une exception au détroit. C’est le cas du cherki. Très souvent dans la région, ce vent à caractère violent s’installe pendant quelques jours, plusieurs fois par an. Exceptionnellement, il se déchaîne et perturbe grandement les activités maritimes ainsi que la pêche. A maintes reprises, la forte houle engrangée par la force du vent, brise les amarres des bateaux à quai et bloque ainsi le trafic.

De notre correspondant, Ali ABJIOU

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc