×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 195.938 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 234.695 articles (chiffres relevés le 4/6 sur google analytics)
Régions

Fès/Oléiculture: La production en déclin

Par L'Economiste | Edition N°:4411 Le 02/12/2014 | Partager
Elle a atteint 81.800t, soit la moitié de la campagne 2013
Le prix de l’huile d’olive oscille entre 45 et 50 DH le litre

La production oléicole de la région de Fès-Boulemane a atteint près de 82.000 t lors de la campagne 2013-14. Elle est en nette baisse par rapport à 2013. Ceci est dû particulièrement aux conditions climatiques et au manque de précipitations

La production de l’oléiculture accuse un net recul au niveau de la région de Fès-Boulemane. En témoignent les chiffres publiés récemment par la Direction régionale de l’agriculture (DRA). En effet, le secteur occupe une superficie de 75.800 ha, dont une surface productive de l’ordre de 58.200 ha. En dépit des 250 ha de plantations oléicoles arrachés dans la zone de Fès (en 2013) à cause de l’urbanisation et de l’extension du réseau routier, cette filière vient en second ordre après les céréales avec environ 24% de la superficie agricole utilisable (SAU). Selon la DRA, les vergers oléicoles régionaux sont relativement jeunes ,46% sont d’âge  inferieur à 15 ans et sont dominés par la variété «Picholine marocaine» avec 87% de la superficie totale. En matière de récolte, la production oléicole régionale au titre de la campagne agricole 2013/14 a atteint 81.800 tonnes (t), soit 11% de la production nationale. Par province, Fès et Moulay Yacoub arrivent en tête avec une production de près de 28.600 tonnes. En 2e rang, figure Sefrou avec un peu plus de 28.200 tonnes. La province de Boulemane n’a produit pour sa part que 25.000 tonnes. 
Globalement, ces chiffres montrent que la région a enregistré une énorme baisse en termes de production, comparativement à la compagne 2012/13. Pour rappel, lors de la campagne précédente, la région avait produit quelques 135.090 tonnes, soit près du double de ce qu’elle a comptabilisé à fin novembre 2014. La raison ? La DRA affirme que la région Fès-Boulemane avait vécu une année climatique (2012-13) exceptionnelle aussi bien en termes de volume pluviométrique qu’en termes de répartition de pluie dans le temps et dans l’espace. Cette année, c’est tout le contraire. «Les précipitations étaient beaucoup moindres et ceci s’est répercuté sur les rendements moyens de l’oléiculture oscillant à moins de 1,5 tonne/ha», déplorent les agriculteurs. Ainsi, sur le marché, le prix de l’huile d’olive est passé de 30 DH /le litre pour la campagne précédente à 45 DH (voire 50 DH) actuellement.
Pour remédier à ce décalage, un important programme d’investissement est mené. Lequel s’appuie sur les mesures incitatives du Fonds de développement agricole, l’agrégation et la multiplicité des projets d’extension et de réhabilitation des plantations d’oliviers, outre le travail d’organisation des agriculteurs et du circuit de commercialisation. Les moyens financiers ne sont pas en reste. Ainsi,  la région s’est vue attribué une enveloppe de 144,3 millions de DH, durant la période 2008-2014. Ce budget a financé la réalisation de nombreux projets de la filière oléicole. S’étendant sur superficie globale de 12.476 ha, ces projets sont pris en charge par le  Millennium Challenge Account (MCA). Ils profitent à une population estimée à 7.260 bénéficiaires, soit 14 % du total de population de la région. Ces projets portent sur la plantation de quelques 2.981 ha d’oliviers, la mise à niveau et l’acclimatation de 2.907 ha des zones Bour, l’entretien de 6.585 ha des cercles irrigués et la création de trois groupements d’intérêt économique (GIE). Ajoutés à l’agrégation, la multiplicité des projets pilier II d’extension des plantations d’oliviers, et conjugués aux nouvelles mesures en matière d’organisation des agriculteurs, ces projets devraient assurer un bel essor pour la filière oléicole dont la production atteindrait les 200.000t en 2020.
De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc