×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Coupe du monde des clubs
Agadir: Où sont les supporters étrangers?

Par L'Economiste | Edition N°:4168 Le 10/12/2013 | Partager
Pas de réservations malgré les chiffres annoncés par les ventes de billets
30 millions de DH pour la mise à niveau de la ville et préparatifs de l’évènement

Le coup d’envoi de la compétition va être donné ce mercredi 11 décembre au nouveau stade d’Agadir.  Le Raja de Casablanca va affronter l’équipe d’Auckland City FC

Les hôteliers d’Agadir sont déçus. A j-1 de l’ouverture de la Coupe du monde des clubs, il n’y a pas d’affluence de supporters étrangers et il n’y en aura probablement pas ou très peu. Sur la quarantaine d’établissements qu’abrite la station balnéaire, seule une dizaine à peine profite de l’organisation de cet événement. Et ce n’est pas grâce à l’afflux de supporters. Ce sont plutôt les comités organisateurs, les joueurs des équipes participantes et leurs accompagnateurs ainsi que les représentants de la FIFA et ceux de la Fédération marocaine de football qui remplissent les hôtels quatre et cinq étoiles de la ville. Tout cela représente beaucoup de monde au total, près de 2.500 personnes. Mais pas assez pour remplir tous les hôtels. Au niveau de l’aéroport Al Massira, le programme du trafic aérien, confirme qu’il n’y aura pas d’afflux de supporters étrangers tout au long de la période de la compétition.
Dans la ville, tout le monde se demande tout de même où sont passés les milliers d’Allemands, d’Egyptiens, Mexicains et Chinois annoncés à travers les décomptes de ventes de billets. Visiblement ce sont les supporters nationaux qui vont remplir le stade d’Agadir lors des matchs et générer des retombées sur l’activité de la ville. En attendant, autorités, élus ne baissent pas les bras. La physionomie de la ville change de jour en jour. Les travaux de renforcement de la RN1 au niveau de la commune de Tikiouine sont quasiment achevés. Dans cette commune l’éclairage a aussi été refait. Les routes menant au stade ont été agrémentés d’arbres notamment de palmiers et les abords du complexe ont été nettoyés. En termes de sécurité, au total ce sont près de 5.000 agents des forces de l’ordre qui vont être déployés dont 2.000 venus en renfort d’autres villes.
A l’aéroport, tous les services ont aussi été renforcés.  Côté sanitaire, les cliniques et les hôpitaux de la ville sont mis à contribution. Un hélicoptère est aussi affrété et prêt à décoller en cas d’urgence. C’est en fait la mobilisation générale. Tout est pensé dans les moindres détails. Pour les retombées il faudra attendre la fin de la manifestation pour véritablement conclure si l’activité économique de la ville a véritablement tiré profit de l’opération. Pour Tarik Kabbage, maire d’Agadir, l’organisation de l’évènement a permis à la ville de drainer auprès du ministère de l’Intérieur un budget de 30 millions de DH pour sa mise à niveau. Ce n’est pas du tout perdu notamment en termes d’image de la destination à travers les canaux médiatiques.


Malika ALAMI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc