×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Anciens résistants
Création d'une Confédération nationale

Par L'Economiste | Edition N°:4092 Le 13/08/2013 | Partager
Une loi assurant une amélioration de leurs régimes de retraites en cours
Plus de 1.300 PME créées au profit des familles

Pour Mustapha El Ktiri, Haut commissaire aux anciens résistants et anciens membres de l'armée de libération, «les familles des anciens résistants et membres de l'armée de libération méritent une attention particulière pour réussir les projets qui leur sont proposés»

- L’économiste: Que représente pour vous la célébration du soulèvement du 16 août d’Oujda?
- Mustapha El Ktiri: Démontrer aux jeunes générations ce que leurs aïeuls ont enduré pour l’indépendance de leur pays. Ce qu’ils ont aussi réalisé comme prouesses afin que le Maroc vive libre et indépendant. Les résistants et les militants sont des symboles à imiter, vu les idéaux qu’ils véhiculent.

- En plus du rituel de la célébration, que faites-vous pour pérenniser ces valeurs et les inculquer aux jeunes?
- Nous opérons sur plusieurs axes et avec différents moyens. C’est le cas de la collecte et de la sauvegarde des documents et de publications se rapportant au protectorat. Une banque de données au service des chercheurs, étudiants et historiens. Pour le seul centre d’archives du palais de Vincent (France), nous avons récupéré plus de 1.385.000 documents que nous avons dupliqués et distribués sur les différents centres et musées que nous administrons.
Nous comptons actuellement une cinquantaine de musées. D’autres sont en phase d’achèvement ou d’étude. Ils sont adossés à des complexes sociaux équipés pour archiver la mémoire collective. Des espaces avec centres d’autoformation professionnelle pour la constitution de petites entreprises ou ateliers au profit des familles des résistants et anciens membres de l'armée de libération.
- En plus de cet effort de sauvegarde de la mémoire, qu’est-ce qui a été réalisé sur le plan matériel pour les anciens résistants et leurs familles ?
- Un intérêt particulier leur est réservé pour améliorer leur situation matérielle et sociale, via une couverture sociale et complémentaire qui leur est assurée. De même, on contribue à leur intégration économique. Au cours de la dernière décennie, on leur a créé plus de 1.345 PME. Des projets regroupés en 72 coopératives et 124 associations. Certaines de ces entreprises bénéficient aussi des programmes de soutien assurés par l’INDH. Une organisation qui nous a permis de créer une Confédération nationale des associations des enfants des anciens résistants et anciens membres de l'armée de libération. En perspective la mise en application d’une loi leur assurant une amélioration de leurs régimes de retraites pour que les pensions d'indemnité globale et d’invalidité dépassent respectivement les 2.000 DH et les 1.000 DH par mois.


Propos recueillis par Ali KHARROUBI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc