×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:4013 Le 18/04/2013 | Partager

    Le foot, catalyseur de violences?

    A quand un vrai débat de société
    Des hordes de supporters, des hooligans, des bandes criminelles et des enfants mineurs.  Les scènes du jeudi 11 avril devront interpeller tout Marocain. On dirait une guerre civile. Le problème, c’est que les hooligans les plus virulents au milieu de la foule, une fois arrêtés ils se mettent à pleurer et à implorer les agents de police.
    C’est dire l’effet de la foule et des psychotropes. Ce qui vient de se passer est une alerte que tous les Marocains doivent prendre très au sérieux. En plus de l’approche sécuritaire qu’il va falloir revoir, il faudra engager un vrai débat de société pour analyser les origines de tant de violence et de haîne.
    Le Maroc gagnerait aussi à engager de grands sociologues pour décrypter ces phénomènes de sociétés qui annoncent quelque chose d’encore plus grave. Sinon, on pourrait vivre un jour les tristes événements du stade de Port Saïd en Egypte.
    M. M.
    Les limites sécuritaires
    A quelque chose parfois malheur est bon. Les derniers événements du match RAJA/FAR nous renseignent sur l’inefficacité de l’approche sécuritaire. Tout le monde a failli. Or, des semaines durant, les discussions virulentes sur les réseaux sociaux renseignaient sur l’ampleur  et la dangerosité du phénomène. En clair, au lieu de rester  dans les schémas classiques de rafles, arrestations et boucliers autour des stades, les forces de l’ordre devront se mobiliser sur les réseaux sociaux et faire des warnings de manière à anticiper ce qui devra se produire.  C’est de cette police virtuelle dont le Maroc a besoin pour éviter l’irréparable.
    S. O.
    Renforcer le contrôle
    Encore une fois les commentateurs s’indignent des casses, du grabuge et des pillages à Casablanca ! Ça donne bonne conscience ! Mais aucune solution n’est proposée.
    Ma modeste suggestion est de dire une fois pour toute que tous ces phénomènes sociaux sont liés : le non respect du code de la route, le hooliganisme, la casse des trams et des bus, le vol, le non payement des impôts , la fuite des capitaux, la corruption etc... Aujourd’hui il faut mettre à contribution les moyens modernes de contrôle, et particulièrement les caméras sur nos avenues, sur les stades, dans les boutiques  et il faut des moyens rapides d’intervention avec des voies rapides spéciales ! En attendant, il faudra arrêter de jouer au foot ou au moins sans spectateurs!
    M. C.

     

    Coupes budgétaires: Et alors?
    L’annonce des coupes budgétaires a provoqué un tollé auprès de l’opposition et de la presse. Mais rares sont ceux qui ont précisé qu’il ne s’agit que de 8% du budget global. E plus, tous les gouvernements précédents procédaient à des coupes en catimini sans que personne ne s’en rende compte. Et ça passait comme une lettre à la poste. Aujourd’hui que c’est un gouvernement dirigé par les islamistes qui le fait, cela devient un scandale. Ceci étant, il y a un aspect que je trouve maladroit  sur les coupes, c’est la manière de communiquer autour  de cette décision. Le gouvernement devra recruter des spécialistes de la communication, des vrais pour faire un travail de pédagogie et expliquer le bien fondé de cette mesure. Surtout avec beaucoup de pédagogie de manière à ce que les messages soient les plus  intelligibles possible auprès du grand nombre de Marocains. Une manière de respecter le citoyen qui est aussi l’électeur à l’origine de l’arrivée au pouvoir de tout gouvernement démocratiquement élu. 
    N. M.

    Horaire continu: Pas d’économies
    Personnellement, je pense que la position du Maroc par rapport à Greenwich n’as pas besoin d’ajouter une heure à l’horaire. Même les fonctionnaires (et j’en suis un) ne regagnent pas leurs bureaux à l’heure, c’est à dire au lieu d’entrer à son bureau à 08h30,  l’équivalent à 07h30 de l’heure d’été, ils arrivent plus tard et partent à midi. Peu d’entre eux, regagnent leurs bureaux les après midi. Et concernant l’économie de l’énergie, il y a du gaspillage dans d’autres secteurs que l’administration, comme par exemple l’éclairage public qui ne s’éteint qu’à midi ou au-delà, alors où est cette économie d’énergie?
    J. O.
    La légitimité de la grève
    Le droit de grève est reconnu par le droit et la Constitution, seulement les syndicats Marocains n’enseignent pas à leurs affiliés la réglementation, leurs droits et leurs obligations, nous assistons la plupart du temps à des grèves ‘’sauvages’’ qui finissent par pousser à la faillite des sociétés et leur fermeture. Les grèves sont aussi devenues aussi très politisées et sont utilisées comme une arme contre les partis politiques. Concernant l’article 288 du code pénal, je suis pour son application pour éviter les dépassements et ce qui précède.
    B. M. A.

    Harcèlement sexuel : Casablanca sur les traces du Caire…
    Passant quelques semaines à Casablanca, je me baladais au Maarif, enceinte (jusqu’au cou) de mon dernier enfant. Un jeune garçon, aux environs de 15-16 ans, s’approche de moi furtivement,  soulève ma robe, touche mes fesses, et s’enfuit. Je me dirige instinctivement vers un policier qui se trouvait près de là, lui raconte -comme l’horreur qui me tient par la gorge me permet de le faire- ce qui vient d’arriver, lui demande de faire quelque chose.
    Il me regarde de haut en bas, et me propose d’aller boire un café avec lui...
    Le choc de mes émotions est tel que je préfère les taire.
    A.D, Côte d’Ivoire.
    Civisme et affaires
    Je suis ce qu’on appelle un MRE, avec une formation universitaire, lors de mes séjours au bled, ce que je constate est flagrant, l’anarchie totale à tous les niveaux, vous avez donné un exemple de l’Allemand qui a voulu investir et il a vu l’absurdité des nouveaux riches marocains qui croient que le pays leur appartient et qu’ils peuvent faire tout ce qu’ils veulent. Pour ma part, je peux témoigner qu’on a demandé à des investisseurs belges une enveloppe pour avoir des autorisations, alors ils ont rebroussé chemin.
    J’adore mon pays, mais l’Etat doit sévir, appliquer la loi divine: celui qui tue doit être pendu, couper la main aux voleurs etc..., enlever «Al Fassad», bannir le loto, le tiercé , le vin... Arrêtez le bla bla et le tapage médiatique, l’incivisme est partout à tous les niveaux.
    K. C.
    Calcul de la contribution sociale de solidarité
    Je voudrais faire une remarque concernant le calcul de la contribution sociale de solidarité tel qu’il ressort dans la note circulaire des Impôts 2013. En effet tant dans la Loi des Finances 2013 que dans la note circulaire elle-même, il est dit que cette contribution est calculée sur les tranches de revenus suivants:- 2% pour le revenu compris entre 360.000 et 600.000 DH
    - 4% entre 600 000 et 840.000 DH et
    - 6% > à 840.000 DH
    Or dans la Note Circulaire, l’exemple donné pour le calcul de cet impôt (page 65), on applique le taux de 2% à l’ensemble du revenu, soit 0,02x397 984= 7959 DH! Alors qu’on ne doit tenir compte que de la tranche supérieure à 360.000 soit: 397.984 -360.000 =37.984 DH X 2% ce qui donne 759 DH!
    M. B.

    Heure d’été bien pensée
    Je suis pour l’heure d’été, mais bien pensée. Pourquoi attendre fin avril,  c’est à dire un mois après les autres pays qui l’ont adoptée? Pourquoi la suspendre durant le Ramadan alors que le nombre d’heures jeûnées ne change pas? Pourquoi les heures de l’éclairage public ne changent pas, alors qu’il est grand consommateur d’électricité? A quand la fin des décisions bancales prises sans réelle concertation ni étude ni explication comme si le citoyen marocain était encore un mineur sous tutelle?
    D. R.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc