×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Câblage: Et de 3 pour Yazaki!

Par L'Economiste | Edition N°:3971 Le 19/02/2013 | Partager
Le groupe construit une 3e usine au Maroc pour 20 millions d’euros
L’entrée en activité est prévue pour 2014
Une croissance à 5% en 2013

Yazaki monte en régime au Maroc. Le spécialiste nippon du câblage automobile compte bientôt construire une 3e usine à Meknès, après celles de Tanger et de Kenitra, pour un investissement global de 20 millions d’euros (plus de 223 millions de DH). La preuve que le secteur ne se porte pas aussi mal que cela. Mieux encore, la crise pousse de plus en plus de donneurs d’ordre à s’implanter au Maroc. «Avec la crise en Europe, la conjoncture difficile en Afrique du Nord et l’Europe de l’Est qui reste plus chère, le Maroc se présente aujourd’hui comme la meilleure alternative», relève Redouane Karibach, directeur général de Yazaki Tanger. La nouvelle usine sera entièrement dédiée à Renault. «La totalité de la production sera exportée pour le compte de Renault», précise Kharibach. Yazaki a d’ores et déjà loué un local dans la région pour procéder à la formation ainsi qu’à l’élaboration des premiers prototypes. Quelque 2.500 postes d’emploi pourront être créés grâce à cet investissement. Cet effectif pourrait, à terme, monter à 4.000.
La construction de l’usine, qui s’étalera sur une superficie de 6 ha, démarrera à partir de juillet prochain. L’entrée en activité est prévue début 2014.  Malgré la crise en 2012 et la baisse des volumes des constructeurs de 15 à 20%, le câbleur a pu stabiliser son chiffre d’affaires. L’usine de Tanger a réalisé quelque 150 millions d’euros (plus de 1,6 milliard de DH), contre près de 100 millions d’euros (près de 1,1 milliard de DH) pour celle de Kenitra. «Nous avons pu tirer notre épingle du jeu grâce au démarrage de nouveaux projets, notamment le lancement de la Peugeot 301 et de la Citroën C-Elysée», explique Kharibach. Mais les vraies retombées de cette diversification ne seront perceptibles qu’en 2013. L’opérateur s’attend à une croissance de 5% pour cette année. Yazaki compte actuellement 4 constructeurs dans son portefeuille  clients: Peugeot, Nissan, Ford et Renault pour l’unité de Tanger, et Jaguar Land Rover pour celle de Kénitra.

Plus de 9.300 emplois d’ici 2014

 

Avec les 3.600 emplois assurés par l’usine de Tanger et les 3.200 postes fournis par celle de Kénitra, Yazaki emploierai d’ici 2014 plus de 9.300 personnes. Sans compter les quelque 500 emplois indirects créés via ses 3 sous-traitants. Yazaki confirme ainsi sa place dans le club des plus grands employeurs privés du Maroc, aux côtés du spécialiste des  composants automobiles Sumitomo. Yazaki procède à la formation sans passer par le soutien de l’Etat. Même si les métiers mondiaux du Maroc, dont l’automobile, bénéficient d’une subvention, le câbleur préfère passer outre. «Il y a beaucoup de lourdeurs administratives. Par ailleurs, la formule n’est pas très attrayante», regrette Redouane Kharibach, DG de Yazaki Tanger. En effet, dernièrement l’Etat tarde à débloquer sa subvention aux différents secteurs concernés. Plusieurs entreprises attendent depuis près d’un an. L’Anapec, qui est en charge du dossier, avait formé l’année dernière une task-force pour liquider les dossiers de remboursement, mais il est difficile de rattraper le retard cumulé.

Ahlam NAZIH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc