×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Crise des plans d’aménagement à Casablanca
L’Agence continue à faire la sourde d’oreille

Par L'Economiste | Edition N°:3960 Le 04/02/2013 | Partager
Les arrondissements ne veulent pas céder
Leurs présidents reportent sine die l’ouverture de l’enquête publique

Pas de trêve. La guerre des plans d’aménagement continue à Casablanca. Les arrondissements contestataires (El Fida, Mers Sultan, Aïn Sbâa et Roches Noires) ne veulent pas baisser les bras. L’Agence urbaine tourne le dos au problème et réagit par l’indifférence. « Il n’y a aucun contact entre les présidents d’arrondissements et l’Agence. D’ailleurs, ce que nous demandons, ce n’est pas que l’Agence vienne nous promettre des choses qu’elle ne tiendra pas, c’est l’arbitrage des autorités de tutelle », s’accordent à dire les présidents de ces entités. « Quand celles-ci interviendront-elles pour débloquer la situation ? Rien ne prérasage une intervention dans l’immédiat », disent-ils. A vrai dire, les arrondissements concernés ne veulent pas tomber dans le piège de donner à l’Agence la possibilité légale de rendre leurs plans opposables. Car de point de vue juridique, passé le mois de l’enquête, les plans deviennent opposables et exécutables.

Casse-tête

Ces derniers ont reçu leurs plans d’aménagement de la part de l’Agence le 9 janvier. Ils ont tout de suite publié via la presse l’annonce de la date de l’ouverture de l’enquête publique. Objectif : informer les citoyens qui ont des intérêts fonciers et immobiliers de l’affichage du plan sur les lieux de l’arrondissement. Suite à quoi, ils enregistreront leurs doléances et oppositions sur un registre ouvert sur place. Le processus a été avorté. « Après avoir décortiqué les plans par nos techniciens, nous avons constaté que rien de ce que nous avons convenu avec l’Agence lors de la phase du diagnostic et d’élaboration n’a été respecté ».
Les présidents d’arrondissement ont immédiatement envoyé à la presse des annonces du report sine die de l’enquête publique. Arrêt  de la procédure. Ce qui pose un problème insoluble. La loi est muette. Elle ne prévoit pas ce qu’il faut faire en pareilles situations. Un vide juridique que la machine politique locale et la tutelle administrative (Walis et Intérieur) vont essayer de combler.  Les arrondissements contestataires sont clairs : pas de négociation avec l’Agence. «L’Agence aura le loisir de faire de ses plans ce qu’elle veut. Ce sont des documents qui ne représentent pas la volonté des conseils élus. Nous n’allons pas cautionner des choses pour lesquelles notre avis n’pas été pris au sérieux», indique Hassan Benomar, président de l’arrondissement de Aïn Sbâa. « L’Agence pourra très bien reprendre ses plans, faire elle-même l’enquête publique, les publier au BO, exproprier les terrains pour leur mise en œuvre », indique Brahim Bohos, vice-président de l’arrondissement Mers Sultan.  A vrai dire, la loi se contente de charger l’Agence de l’élaboration, phase qui se déroule en interne. Pour les autres casse-tête comme l’affichage des plans, la réception des oppositions et des colères de citoyens lésés, l’expropriation pour utilité publique, indemnisation à coup de millions de DH des expropriés et la réalisation des ouvrages d’arts et de la voirie, ce sont les communes qui assument. Toutes ces tracasseries, c’est donc aux élus de les gérer ! Pourtant, « l’Agence ne veut pas nous écouter », indique Benomar.


Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc