×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Focus

    Transport urbain-Rabat
    Tramway: 70.000 déplacements par jour

    Par L'Economiste | Edition N°:3684 Le 23/12/2011 | Partager
    8.000 abonnements par mois dont 60% par les étudiants
    Nouvelle offre billettique moderne en janvier 2012

    L’expérience du tramway au Maroc commence à donner ses premiers fruits. En dépit des premiers couacs de la mise en place et du lancement, ce nouveau moyen de transport commence non seulement à prendre sa vitesse de croisière, mais aussi à se faire une place dans le mode de vie des citoyens. Quelque 6 mois après son démarrage, le tramway a réussi à s’intégrer facilement dans le paysage des deux villes voisines Rabat et Salé.
    Il est même devenu, pour certaines catégories de la population, notamment les étudiants, leur moyen de transport préféré. Après un démarrage timide en mai dernier, une amélioration progressive du trafic a été enregistrée. «Nous enregistrons actuellement près de 70.000 déplacements par jour le long de notre réseau composé de deux lignes», précise Loubna Boutaleb, directrice de la Société tramway de Rabat Salé (STRS). Ce résultat est le fruit notamment de la stratégie commerciale de la société lancée en septembre portant sur la première gamme tarifaire. Il a été procédé à la baisse du prix du ticket qui est ainsi passé de 7 à 6 DH actuellement. Plusieurs formules d’abonnement ont été également proposées aux clients selon les catégories. Pour le public, le tarif d’abonnement mensuel est de 250 DH avec un nombre de déplacements illimité.
    Mais les plus «gâtés» sont indubitablement les étudiants avec un tarif mensuel de 150 DH et qui représentent le plus grand lot des abonnements. Une véritable aubaine surtout pour ceux qui devaient parcourir plus de 10 km de Salé jusqu’au campus universitaire Al Irfane. De même, pour certains fonctionnaires de la ville de Salé qui travaillent dans les établissements situés dans le quartier administratif d’Agdal. «On enregistre près de 8.000 abonnements par mois dont 60% par les étudiants», indique Boutaleb. Selon cette dernière, les stations les plus fréquentées sont celles de Hay Karima à Salé (station de départ) et de l’avenue de France à Agdal - Rabat. «Nous sommes en passe d’atteindre notre vitesse de croisière», avance Boutaleb. Cela s’explique par la nette amélioration des recettes de la société qui ont atteint près de 12 millions de DH par mois. Ce qui permet de couvrir plus ou moins les charges d’exploitation, selon la directrice de STRS. Le montant des charges globales, y compris celles relatives à l’amortissement de la dette, s’élève à 180 millions de DH par an. Pour renforcer sa stratégie commerciale, l’entreprise compte lancer une nouvelle offre billettique moderne à partir de janvier.
    Car, il faut le signaler, jusqu’à présent les agents de la société procèdent encore à un contrôle manuel des tickets. A Casablanca, avant même l’entrée en service du tramway, les responsables réfléchissent déjà à la mise en place d’un ticket unique entre bus et tramway, comme c’est le cas en Europe.

    La Bibliothèque nationale revit

    Le tramway représente sans aucun doute un véritable bol d’oxygène pour certaines parties des villes, peu desservies par les réseaux de transport classiques. Outre la croissance de son exploitation, le tramway a ainsi eu une incidence positive sur l’activité de la Bibliothèque nationale dont le nombre des abonnés a nettement augmenté ces derniers mois.

    N. E. A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc