×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Liquidité: La main tendue de BAM

Par L'Economiste | Edition N°:3624 Le 27/09/2011 | Partager
L’instauration des pensions sur 3 mois apporte plus de visibilité au marché
Les banques seront plus actives dans le financement de l’économie

Pour tenter de solutionner le problème du déficit chronique des liquidités bancaires (26,5 milliards de DH au 3e trimestre), BAM a mis en place les opérations de pensions livrées sur 3 mois, question d’avoir plus de visibilité sur le marché

Le statu quo sur le taux directeur n’a pas empêché Bank Al-Maghrib de tenter de solutionner le problème du déficit chronique des liquidités bancaires (26,5 milliards de DH au 3e trimestre). Comme nous l’annoncions, déjà dans notre édition du mercredi 21 septembre 2011, la banque centrale a réactivé les opérations de pension à plus long terme sur une maturité de 3 mois dans le cadre de ses opérations de régulation du marché monétaire. Avant cela, BAM utilisait principalement les avances à 7 jours pour alléger la pression sur les trésoreries bancaires. Cette nouvelle mesure qui vient s’ajouter au large panel d’instruments de politique monétaire existants permettra, selon les professionnels, «un meilleur accès des banques au financement en monnaie centrale». Elle contribuera probablement à apaiser les tensions sur la liquidité bancaire.
Au-delà, les analystes de AWB estiment que cette mesure va permettre d’apporter plus de visibilité. Pour les banques en premier, puisque la mesure devrait «satisfaire leurs besoins sur des maturités trimestrielles, réduisant de ce fait le risque de liquidité du système bancaire». Ce risque provenant du rôle de transformation intrinsèque à l’activité bancaire peut, dans des périodes de perturbation sur les marchés, déstabiliser l’ensemble du système financier. C’est ce qui s’est passé au moment de la crise financière mondiale en 2007. Autre avantage, «atténuer les tensions observées au moment des remboursements des avances hebdomadaires». Cela représente un avantage indéniable pour les banques. «Last but not least», le processus d’approvisionnement en cash des banques sera assoupli. Elles seront ainsi «plus actives dans le financement des agents économiques et arriveront à assurer une meilleure gestion actif/passif».Toutefois, «ce processus ne doit pas inciter les banques à développer outre mesure leur activité de crédit afin d’éviter les rappels à l’ordre de la banque centrale», notent les analystes.
Du côté de BAM, la mise en place des pensions livrées trimestrielles va réduire «son interventionnisme» au niveau des avances hebdomadaires. De ce fait, les tensions de liquidité observées sur le marché interbancaire seraient atténuées et le reliquat relégué aux avances trimestrielles. En effet, selon les analystes, «les acteurs du marché privilégieront un prêt d’une plus longue durée au même taux d’emprunt que les avances à 7 jours». Cependant, au sein de AWB, on relativise. Et pour cause, «un risque subsiste quant à la volonté des banques de bloquer leurs collatéraux mis en pension pour une durée plus longue».

M. A. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc