×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Attijariwafa bank assure

Par L'Economiste | Edition N°:3595 Le 15/08/2011 | Partager
Le PNB et les profits progressent chacun de 15%
Le coût du risque stagne
Le titre reprend des couleurs en Bourse

Le cours de l’opérateur a repris des couleurs en Bourse, surtout après la publication des résultats. L’action a clôturé à 383 DH en séance vendredi, en hausse de 4,99%, ramenant ainsi la performance depuis janvier à -5,9%

Attijariwafa bank était attendu au tournant pour ses résultats du premier semestre. Exposé à la crise tunisienne et ivoirienne, le groupe a dû constituer une provision de 325 millions de DH pour ses filiales Attijaribank Tunisie (190 millions de DH) et la Société ivoirienne de Banque (135 millions de DH). En attendant les explications du management sur la situation des deux entités, aujourd’hui, il apparaît déjà que la filiale de SNI n’a pas été affaiblie par les événements du premier semestre, encore moins par la conjoncture domestique. Dans un contexte marqué par la remontée des créances en souffrance, le taux de contentialité du groupe s’est établi à fin juin à 5,2%. Le coût du risque augmente de 0,02% sur un an à 0,35%.
Cependant, l’établissement a enregistré une croissance confortable de 15% de son produit net bancaire à 7,9 milliards de DH. Le résultat brut d’exploitation marque, pour sa part, une hausse de 20,4% sur un an à 4,5 milliards de DH. Attijariwafa bank boucle la première moitié de l’année avec un profit de 2,2 milliards de DH en progression de 15%.
Par segments, le groupe a enrichi son offre au niveau de la banque de détail, notamment avec la mise en place des produits d’épargne prévus par la loi de Finances 2011. D’autres produits destinés aux MRE ou encore au TPE sont venus compléter la gamme du groupe bancaire. Parallèlement, il a renforcé son positionnement sur le continent avec «la finalisation des opérations d’acquisitions de SCB Cameroun et la prise de contrôle de BNP Paribas Mauritanie. Pour rappel, Attijariwafa bank est partenaire dans le tour de table de la filiale mauritanienne avec la BCP. Toujours sur le continent, le groupe poursuit, selon le management, la transformation des filiales acquises auprès du Crédit Agricole France. Il s’agit de la Société ivoirienne de Banque, Crédit du Sénégal, Union Gabonaise de Banque et Crédit du Congo.
Au niveau des autres lignes de métier, Attijariwafa bank a presque doublé son volume de change et obligataire sur le marché des capitaux avec plus de 1.000 milliards de DH à fin juin contre 537 milliards de DH une année plus tôt. Quant à la gestion d’actifs, l’encours enregistre une petite hausse de 2,4% pour s’établir à 62,8 milliards de DH. En revanche, sur l’intermédiation boursière, le volume s’effondre à 8,6 milliards de DH contre 15,8 milliards de DH au premier semestre 2010 suite au plongeon du marché boursier.
Une méforme qui n’a pas épargné le cours de l’opérateur en Bourse. A fin juin, il affichait une baisse annuelle de plus de 12%. Depuis, il a repris des couleurs, surtout après la publication des résultats. L’action a clôturé à 383 DH en séance vendredi, en hausse de 4,99%, ramenant ainsi la performance depuis janvier à -5,9%.

F. Fa

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc