×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Focus

    Grande enquête de L’Economiste-Sunergia sur les jeunes
    Tant d’espoirs mis dans la Constitution!

    Par L'Economiste | Edition N°:3593 Le 11/08/2011 | Partager
    Les 15-29 ans espèrent qu’elle… donnera des emplois
    Mouvement du 20 février: de la sympathie, mais son impact est contesté

    Encore en vente pour quelques jours

    Premier constat à l’égard du Mouvement du 20 février: une sympathie qui s’affiche pour 35% des sondés, plus 10% qui déclarent participer ou avoir participé au mouvement, soit 45% des jeunes Marocains qui se sentent en accord avec ce mouvement. Si en revanche les condamnations sont minoritaires (15%), l’indifférence, elle, pèse de tout son poids (29%).
    La jeunesse marocaine est donc partagée: malgré la sympathie à l’égard du mouvement, contrebalancée par l’indifférence, près de la moitié de l’échantillon déclare que le «mouvement du 20 février ne changera pas la donne» (48%), contre 41% des jeunes qui disent que ce mouvement changera la donne au Maroc. A noter que les jeunes les moins aisés sont ceux qui contestent le plus ce mouvement (52%). Ils doutent de la capacité du «mouvement du 20 février» à générer du changement, tandis qu’ils sont majoritaires à placer leur confiance dans la Constitution. 70% d’entre eux affirment que «la nouvelle Constitution va changer le visage du Maroc» contre seulement 13% qui pensent le contraire. 16% ne se «mouillent» pas ou bien disent qu’ils n’en savent rien.
    De légères variations apparaissent dans les réponses en fonction de la position sociale (CSP): les plus riches sont 80% à déclarer que «le visage du Maroc va changer avec la nouvelle Constitution» tandis que ceux appartenant à la classe moyenne sont 68% à le croire.
    Nous restons dans une large majorité, mais le différentiel en fonction de la CSP est trop significatif pour ne pas le souligner. Les précautions dans l’interprétation des résultats prend tout son sens lorsque l’on demande à ces jeunes les attentes de ce changement de Constitution: plus de 26 réponses! La première qui vient en tête (20%) est celle de «l’augmentation des opportunités d’emploi des jeunes» (sic!). On le voit bien, nos jeunes n’ont ni les outils ni les mots pour en mener large sur des concepts qui servent à qualifier la vie publique… Mais qu’enseignent donc les professeurs à leurs élèves?!

    Une double base d’investigations

    En plus des résultats de la Grande enquête de L’Economiste-Sunergia, le quotidien d’affaires a fait réaliser un complément d’investigations, en mai-juin 2011, sur le mouvement du 20 février et les perceptions des 15-29 ans, relatives à la réforme de la Constitution, vu l’évolution très rapide de l’actualité. Il s’agit d’une enquête réalisée par téléphone, qui bien que n’obéissant pas aux mêmes règles statistiques que la Grande enquête, (celle portant sur plus de 1.000 jeunes avec quelque 80 questions administrées en face à face), se rapproche de l’échantillon de base, ce qui donne un sens aux résultats.

    H. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc