×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Sur les sentiers de la réussite

    Par L'Economiste | Edition N°:3589 Le 05/08/2011 | Partager

    Rim Hariss, 20 ans, est la fille d’un père gestionnaire à l’OFPPT et d’une mère institutrice. Elle a eu son bac (sciences maths) au lycée Ibnou Al Khatib à Tanger, avec une moyenne de 18. Sa passion pour les maths est née au collège, quand elle a décidé de participer aux Olympiades des mathématiques en Allemagne, en 2009. Une fois le bac décroché, elle intègre les classes préparatoires au lycée Moulay Youssef à Rabat, pour se spécialiser dans les maths/physiques (MP). Faisant ses preuves dès la première année, elle a été désignée pour faire partie de la classe MP étoile, l’élite des élites. Elle réussit, ensuite, tous les concours des grandes écoles françaises, mais choisit «X» de Polytechnique qui, selon elle, ouvre toutes les portes.

     

    Raouaa Elmousadik est native de Marrakech et a effectué sa scolarité au sein du lycée Ibnou Taymiya. Elève moyenne en primaire et au collège, elle a le déclic au lycée. Elle décroche brillamment son baccalauréat avec 17,88 de moyenne générale. Le bac en poche, elle intègre les classes préparatoires «par conviction». Organisée, elle peaufine sa méthode de travail, non pas en se focalisant sur la quantité mais sur la qualité. Durant ces deux années, elle met au placard ses passions (le sport et le dessin) pour atteindre son but. Elle se projette en tant qu’ingénieur polyvalent contribuant à l’activité économique ou financière dans une entreprise au Maroc.

     

     

     Soukaina Galzim, originaire de Salé, est la fille d’un père ingénieur électronique et d’une mère professeur de français. Après une mention très bien au baccalauréat, elle intègre le prestigieux lycée Moulay Youssef de Rabat.
    En seconde année, elle est propulsée en classe étoile MP (maths/physique) /sciences de l’ingénieur. Elle rejoint ainsi les 7 autres filles de cette classe de «surdoués».
    L’Ecole polytechnique n’était pas dans les projets de cette jeune fille, mais l’influence de son entourage aidant, Soukaina se dit pourquoi pas. Elle tente le concours et le réussit avec brio.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc