×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Téléphonie: ATT licencie

Par L'Economiste | Edition N°:1872 Le 11/10/2004 | Partager

. Le groupe supprime 20% de ses effectifs L’opérateur historique des Etats-Unis AT and T, frappé par la concurrence de la téléphonie mobile et des compagnies régionales, a annoncé récemment son repli vers le marché des entreprises, qui va se traduire par plus de 12.000 licenciements au total en 2004. ATT avait déjà laissé entendre cet été que son «évolution stratégique» allait être lourde de conséquences sur le plan social. Par conséquent, le groupe inscrira dans ses comptes du 3e trimestre une charge exceptionnelle pour restructuration de 1,1 milliard de dollars. Cette provision, destinée à régler les indemnités de départ, s’ajoutera à une autre beaucoup plus importante de 11,4 milliards de dollars prise pour refléter la dégradation de la valeur du fonds de commerce. ATT, héritier de la Bell Telephone Company fondée en 1876, et resté un siècle le seul fournisseur de services téléphoniques du pays, a décidé de se détourner des lignes traditionnelles grand public pour se concentrer sur les entreprises et les technologies émergentes, comme la téléphonie par Internet. «La conséquence de ce changement stratégique est que le groupe est en train d’évaluer son fonds commercial», expliquait en août ATT aux autorités boursières.Depuis lors, les analystes spéculaient sur l’ampleur de la dévalorisation des actifs, mais d’une manière générale ils n’ont pas été surpris. L’annonce de jeudi 7 octobre n’est que «l’officialisation de ce qui était pressenti depuis quelques mois», a ainsi estimé Pascal Aguirre, expert de la firme Adventis à Boston. Du fait d’une récente décision de justice, il est désormais plus coûteux pour ATT de vendre des communications locales via les lignes cédées sous licence par les Baby-Bells, les compagnies régionales, BellSouth, SBC nées de l’éclatement du monopole en 1984, expliquent des analystes.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc