×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Saddam Hussein remis aux autorités irakiennes

Par L'Economiste | Edition N°:1801 Le 30/06/2004 | Partager

. Le nouvel ambassadeur américain en Irak est arrivéLES USA ont, dans la foulée du transfert précoce de l’autorité aux Irakiens, donné leur accord pour remettre au gouvernement intérimaire l’ancien dictateur Saddam Hussein et des membres de son régime. Et ce, en vue de leur jugement. L’ex-dictateur et onze de ses lieutenants doivent être transférés aujourd’hui mercredi aux autorités irakiennes, mais ils continueront à être gardés par la Force multinationale. Salem Chalabi, directeur exécutif du tribunal spécial irakien chargé de juger les crimes de guerre des membres de l’ancien régime, et les forces américaines, se sont mis d’accord pour la remise de Saddam Hussein à cette instance judiciaire.«En conséquence, les autorités irakiennes prendront en charge 12 anciens responsables de l’ancien régime, dont Saddam Hussein, qui seront inculpés» par une commission spéciale, a encore indiqué le tribunal. Le président américain George W. Bush s’était montré prudent à la mi-juin sur ce dossier, en déclarant que ce transfert aurait lieu «au moment opportun». Et ce, dès que les conditions de sécurité s’y prêteront. Le passage de témoin de l’ex-administrateur civil américain Paul Bremer à l’équipe de Iyad Allaoui, avec deux jours d’avance et en catimini, continue de susciter des réactions de satisfaction au sein de la communauté internationale. Signe concret de cette passation de pouvoir: l’ambassade américaine à Bagdad a publié lundi un communiqué pour annoncer le rétablissement des relations diplomatiques entre les Etats-Unis et l’Irak, rompues depuis 1991 après le début de la première guerre du Golfe. Le Koweït a annoncé également qu’il rétablirait ses relations diplomatiques avec l’Irak.L’ambassadeur américain John Negroponte est arrivé sur place prenant la succession de Paul Bremer, parti quelques heures plus tôt. A l’occasion de sa prestation de serment au département d’Etat, comme nouvel ambassadeur, Negroponte, 64 ans, avait déclaré vouloir orienter la tendance des événements dans ce pays «dans la bonne direction» et «donner le pouvoir aux Irakiens d’assumer de plus en plus de responsabilités». La reconstruction de l’Irak est «un projet qui prendra de nombreux mois et de nombreuses années», avait ajouté l’ancien ambassadeur américain à l’ONU.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc