×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

La Libye veut redorer son image à l’étranger

Par L'Economiste | Edition N°:1667 Le 22/12/2003 | Partager

Longtemps mise au ban des nations, la Libye est en passe de réintégrer la communauté internationale, à en croire les réactions qui saluaient unanimement sa décision d’abandonner ses programmes d’armes de destruction massive (ADM). “Avec cette annonce, la Libye a entamé le processus pour rejoindre la communauté des nations”, a déclaré le président américain George W. Bush, confirmant que le dirigeant libyen Moammar Kadhafi avait accepté, après neuf mois de diplomatie secrète avec Américains et Britanniques, de renoncer à ses programmes d’ADM. L’analyse du président américain était partagée par les ministres des Affaires étrangères français, israélien, canadien et britannique. De hauts responsables des services de renseignement américains ont indiqué avoir découvert, lors de visites secrètes en Libye, un programme d’enrichissement d’uranium plus avancé que publiquement affiché mais pas de preuve de production de matière fissile pour des armes nucléaires. La Libye a, en outre, décidé de fournir des renseignements sur des centaines de membres d’Al-Qaïda et sur des militants islamistes.Autre geste pour se rapprocher de l’étranger, la fondation caritative du dirigeant libyen Moammar Kadhafi affirme avoir rayé 6.000 noms de la liste gouvernementale des personnes interdites de sortie du territoire.La Fondation mondiale Kadhafi pour les associations caritatives, présidée par l’un des fils du chef d’Etat libyen, a indiqué que toutes ces personnes avaient été inscrites sur cette liste noire sans avoir été reconnues coupables d’aucun délit. La Fondation se déclare “surprise par le nombre important de personnes auxquelles il a été interdit de quitter le pays sans qu’aient été menées les investigations nécessaires”.Synthèse l’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc