×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Fès: Dix morts dans l’effondrement de la mosquée Aïn El Khayl

Par L'Economiste | Edition N°:1892 Le 08/11/2004 | Partager

. Ce grave incident n’est pas le premier du genre. La Protection civile a eu du mal à évacuer les victimes Dix personnes ont été tuées et sept autres blessées, jeudi dernier, lorsqu’une maison s’est effondrée sur une mosquée dans l’ancienne médina de Fès. Cet incident n’est, d’ailleurs, pas le premier du genre. L’année passée, cinq filles avaient péri dans des circonstances presque similaires. Cette année, le bilan est beaucoup plus lourd. C’est une mosquée vieille de 8 siècles qui a fait les frais de cet écroulement. Située à Aïn El Khayl, ruelle menant vers Zkak Erroumane, au quartier Aïn Allou (prolongement d’El Attarine), la mosquée comptait une cinquantaine de fidèles au moment du drame. “Il était 12h15, nous étions en train d’accomplir la prière d’Addohr quand j’ai entendu un bruit, un choc et puis ce fut la catastrophe”, indique l’imam de la mosquée qui a échappé miraculeusement à la mort. Ce dernier était en effet à quelques centimètres des victimes, et plus précisément au sein du Mehrab, un endroit consacré au fkih qui conduit la prière. Par chance, le Mehrab ne s’est pas effondré.A l’intérieur du “masjid”, tout le monde voulait prêter main-forte pour dégager les corps de sous les décombres. “On a sorti plusieurs cadavres avant même l’arrivée des secouristes”, souligne un fidèle regrettant au passage “le retard qu’ont pris les équipes de la protection civile avant d’atteindre le site sinistré”. Un retard qui est principalement dû à l’embouteillage que connaissent les accès à l’ancienne médina surtout durant le mois sacré. . Chute libre de plusieurs tonnes de débrisIl ne faut pas oublier aussi que les ruelles de la médina sont très étroites et ne permettent pas le passage des engins de secours. En tout cas, une fois sur les lieux, les éléments de la Protection civile ont tout fait pour sauver des vies. Ils ont pu évacuer tous les blessés en un temps record, et ce en présence même du wali de la région Fès-Boulemane, Ahmed Arafa, qui était parmi les premiers venus sur les lieux, Ce dernier a expliqué que “le mur qui s’est écroulé sur le toit de la mosquée est d’une grande épaisseur, d’autant plus qu’il provenait du troisième étage d’un bâtiment jouxtant la mosquée. C’est une chute libre de plusieurs tonnes de débris”. Pour sa part, Aziz Filali, président de l’arrondissement de Fès-Médina intra-muros, présent lui aussi lors de l’évacuation des victimes, a souligné qu’il venait tout juste de soulever le problème des maisons menaçant ruine au Parlement. Selon lui, “40% des ruines et des maisons qui risquent réellement de s’effondrer sont propriétés du ministère des Habous et des Affaires islamiques, 15% au ministère de la Culture et le reste à des particuliers. Il faut mobiliser le gouvernement pour remédier à la situation. Nous savons tous que l’hiver est la saison des effondrements à Fès, alors il faut réagir à temps”. De son côté, Hamid Chabat, président du Conseil de la ville, a convoqué une réunion d’urgence juste après le f’tour. Une dizaine d’élus y ont participé. Il a été décidé de créer une commission commune rassemblant les services de la wilaya et ceux de la mairie. L’objectif est de recenser toutes les maisons menaçant ruine.   De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc