×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Agadir: Les priorités de la CU pour 2005

Par L'Economiste | Edition N°:1918 Le 16/12/2004 | Partager

. Social, équipements de proximité, espaces vertsPlus d’une année après son élection à la tête de la commune urbaine d’Agadir (CUA), Tariq Kabbage, président de l’entité, dit ne pas toujours avoir la tâche facile. Beaucoup de retard a été pris au cours de cette année sur plusieurs projets. Contrairement à ce qui circule dans l’opinion publique à Agadir, ceci n’est nullement dû à des tensions au sein du Conseil, au début de son mandat, mais à cause de blocages administratifs du côté de la Perception. Une situation qui a engendré un retard considérable au niveau de plusieurs opérations, de même que pour le payement de certains prestataires de services et fournisseurs. Pour Tariq Kabbage, “cette administration est débordée et manque de compétences”. “Elle constitue un blocage pour un grand nombre de projets des collectivités locales”, poursuit le président de la CUA. En fait, on raconte qu’une dispute, survenue il y a quelques mois entre les patrons respectifs de la Recette municipale et de la commune urbaine, aurait suscité une animosité entre les deux hommes. Enfin, cela reste à prouver. Quoi qu’il en soit, le retard dans le lancement de nombreux projets a des retombées négatives sur le développement de la ville mais également laisse sur leur faim les habitants du Grand Agadir qui attendent tant de changements pour leur ville. Tariq Kabbage, qui se veut rassurant, en promet. Il précise qu’au cours de la première année de son mandat, si les résultats ne sont pas encore parfaitement visibles, les travaux pour la mise à niveau de quartiers dans les communes Tikiouine, Anza et Bensergao ont été nombreux et se poursuivent. Au cours de 2005, l’équipement des quartiers défavorisés continuera à être une des priorités du Conseil. L’institution focalisera également sur des installations de proximité en matière d’infrastructures sportives, culturelles, maisons de quartier et espaces verts. Sur ce plan, l’aménagement d’espaces verts déjà entamé se poursuivra sur le barreau est-ouest. La même opération est prévue sur d’autres sites, en partenariat avec d’autres organismes. Un projet dont le coût global est estimé à 12 millions de DH dont 50% pris en charge par la commune urbaine. Pour ce qui est du réaménagement du front de mer, les Gadiris devront attendre encore un peu. Une étude est en cours à ce sujet. En attendant, la première tranche du budget d’investissement qui est également l’excédent prévisionnel de 2005, estimé à près de 30 millions de DH, a programmé divers projets tant en équipements, maintenance, social et soutien au développement régional touristique. Le reste du budget d’investissement, qui sera connu en mars, dévoilera d’autres projets. Mais ce qui est sûr, c’est que rien n’est prévu pour finir les chantiers de construction entamés par le précédent conseil municipal (centre commercial du Talborjet, gare routière...). La CUA dit vouloir arrêter l’hémorragie de fonds dans des projets inutiles. Le chantier du futur conservatoire de la ville, après la réalisation d’une étude technique, est le seul qui sera réactivé. Pour la gare routière, il s’agit de la céder en concession alors que pour le centre commercial un repreneur est recherché. De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc