×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Casablanca: La police funéraire pour bientôt

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5863 Le 13/10/2020 | Partager
La commune délègue les certificats de décès et les permis d’inhumer
Objectif: pallier le déficit en médecins légistes
A peine 8 médecins pour couvrir les besoins de 16 arrondissements

Le conseil de la ville de Casablanca vient de donner son feu vert au lancement d’une police funéraire. La convention liant la Commune urbaine de Casablanca et la SDL Casa Prestations a finalement été votée lors de la session qui s’est tenue mardi 6 octobre. Ce projet qui traîne depuis plusieurs années verra enfin le jour dans un contexte de crise sanitaire.

casablanca-police-funeraire-063.jpg

La nouvelle unité funéraire relèvera de la police administrative sous la houlette de Casa Prestations (Ph. L’Economiste)

Les agents de cette police devront superviser les convois funéraires et contrôler les conditions d’inhumation au niveau des cimetières de la ville. Ses membres auront également pour mission de constater les décès afin de pallier le manque de médecins spécialisés. Apparemment, les médecins ne se bousculent pas pour travailler à la commune.

«Ce n’est pas un poste très attractif pour les praticiens, nous lançons régulièrement des concours, mais personne ne présente son dossier», confie Abdelaziz El Omari, président du conseil de la ville. Il faudra certainement  mieux les motiver pour s’engager dans une carrière à la commune. La constatation de décès pourrait être déléguée à des médecins privés pour pallier le manque significatif de médecins légistes au niveau des arrondissements.

En attendant, il fallait trouver une solution pour soulager les arrondissements. «Un centre dédié sera créé, qui permettra aux familles des personnes décédées d’y recourir pour obtenir renseignements, services et matériels offerts par la commune à travers la société Casa Prestations», affirme le maire.

Cette SDL assiste la commune afin de se procurer les moyens logistiques et accompagner le travail de la police funéraire. Le budget consacré  au lancement de cette unité, qui relève de la police administrative, est de l’ordre de 15 millions de DH sur 3 ans.

Pour l’heure, la commune ne dispose que de 8 médecins, un nombre insuffisant pour couvrir les besoins des 16 arrondissements de la ville. Il faudra donc recruter au moins 8 autres (un médecin par arrondissement) et 4 supplémentaires afin d’assurer la permanence du week-end. Un centre d’appel sera lancé afin d’organiser le service funéraire du constat de décès au permis d’inhumer.

Aziza EL AFFAS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc