×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1243 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1247 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Culture

Festival de Fès de la culture soufie: La 13e édition célèbre «l’art de la transmission»

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5859 Le 07/10/2020 | Partager
Tables rondes, Masterclass, soirées en ligne…du 17 au 26 octobre
Un partenariat avec les médias pour assurer une large diffusion

Et de 13 pour le festival de Fès de la culture soufie (FFCS). Une édition 100% digitale pour ce mélisme en raison de l’épidémie Covid-19. Toutefois, ses initiateurs promettent de grands moments de ressourcement, d’imploration, et de transmission d’un art de vivre et d’une culture ancestrale.

festival-de-fes-de-la-culture-soufie-059.jpg

Les tariqas de la culture soufie se produiront au 13e FFCS à distance. La pandémie a poussé les organisateurs à penser une édition digitale intitulée «l’art de la transmission»…Ils comptent notamment sur les médias pour lui assurer une large diffusion (Ph. YSA)

«Notre défi est également de réaliser et réussir un festival «en ligne» au service de valeurs essentielles d’art, de culture et de sagesse», indique Faouzi Skali, président du FFCS. De l’avis de cet anthropologue, «la crise Covid-19 a accéléré la production d’une culture digitale plus généralisée».

Ainsi, sous sa nouvelle conception, l’événement permettra à ses organisateurs de se mettre au service de la culture d’une façon différente. «Il s’agira d’explorer d’autres lieux, patrimoines et espaces de la culture soufie, d’être en relation avec des conférenciers et des centres d’études à travers le monde. Toutes ces explorations peuvent revenir vers les personnes qui ont l’habitude de suivre le festival et sa production culturelle et intellectuelle par le biais de partenariats que nous avons établis avec les médias audiovisuels classiques et la presse écrite», souligne Skali. Le but, selon lui, est d’assurer une large diffusion d’un événement qui se tient cette année sous le thème «l’art de la transmission». 

Prévue du 17 au 26 octobre, la nouvelle version à distance a programmé des concerts, du Samaa, des tables-rondes, des conférences, et des expositions qui mobiliseront une soixantaine d’intervenants. «Pour les soirées soufies, nous avons demandé aux troupes et tariqas de nous alimenter avec des enregistrements vidéos à diffuser lors du festival. Elles ont ainsi pris toutes les précautions (distanciation, port du masque,…) pour enregistrer en toute quiétude», explique-t-on.

En outre, un studio a été installé au sein du riad Sherhazade, en médina, pour garantir la transmission des participations intellectuelles. A noter que grâce à un partenariat avec Médi1 Tv et Radio, le FFCS invitera les festivaliers à le suivre sans se déplacer.

«C’est une manière de sensibiliser sur le rôle du digital dans la préservation et la connaissance d’un patrimoine culturel , et celui de la culture soufie en l’occurrence, d’une grande richesse particulièrement au Maroc», argue Skali. Pour lui, il y a lieu de réfléchir sérieusement sur le rôle de la digitalisation pour préserver des manuscrits rares ou qui risquent tout simplement de disparaître. Rendre des fonds documentaires dans ce domaine accessibles, préserver des aspects vivants de ce patrimoine en créant des masterclass où des chants et de la musique soufis (le Samaa) , des arts ou des œuvres liés à cette spiritualité peuvent être transmis par le biais du digital par des maîtres dans ces différents domaines à des disciples, ne sont pas en reste. «Notre grand défi est de mettre en œuvre de la technologie digitale au service d’un tel projet, apprendre, découvrir, et transmettre une riche culture», estime-t-il.

                                                                         

■ Des masterclass aussi
Le festival de cette année constitue une sorte de rampe de lancement de la plateforme digitale « World Sufi Heritage». Celle-ci doit ensuite s’installer de façon permanente, notamment à travers des masterclass, la digitalisation du patrimoine culturel (manuscrits et documents rares), et échanges vivants et directs via streaming. Les masterclass offriront un enseignement de niveau académique entièrement consacré à la transmission du patrimoine de la culture soufie, de ses œuvres, de ses arts et métiers dans l’esprit de la chevalerie spirituelle. Y participeront des spécialistes mondiaux dont notamment Leili Anvar, Jean During, Françoise Atlan, Ahmed Saher, et Denis Gril.

■ L’œuvre d’Ibn Arabi au programme
Les organisateurs de cette 13e édition ont concocté un riche programme avec la participation de confréries soufies, artistes et conférenciers du Maroc et d’ailleurs. Les 2 samedis du festival seront consacrés à 2 références universelles du soufisme: Ibn Arabî et Rûmî. Un hommage particulier sera rendu à un grand spirituel et érudit qui vient de disparaître et qui est Michel Chodkieviz. Celui-ci a été, pendant des années, le président mythique des éditions du Seuil et qui est avec sa fille Claude Addas, l’un des meilleurs connaisseurs de l’œuvre d’Ibn Arabî. Des soirées de Samâa des grandes confréries, de nombreuses conférences et des expositions artistiques, à découvrir aussi sur le site www.festivalculturesoufie.com.

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc