×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Livre: «Le sexe nié» ou la domination sexualisée

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5854 Le 30/09/2020 | Partager
Un essai de la chercheuse québécoise d’origine marocaine, Osire Glacier
Une réflexion sur l’infériorisation des femmes au Maroc et dans le monde
le-sexe-nie-054.jpg

La force culturelle de la misogynie et du système patriarcal a, sur bien des sociétés, pour conséquence de se trouver non pas seulement une expression masculine, mais une pensée partagée par les femmes. Par la force du conditionnement  et du  formatage des consciences, les hommes comme les femmes ont intériorisé ce qu'une femme doit être et ce qu'un homme doit être.

Beaucoup de femmes sont persuadées de l’existence d’un ordre naturel en leur défaveur, assumant une perception péjorative de leur propre sexe, donnant raison à la misogynie masculine, l’intégrant consciemment ou non dans une misogynie féminine (ce que Bourdieu nommait la « violence symbolique»).

C’est sur cette infériorisation des femmes, que porte l’ouvrage «Le sexe nié, féminité, masculinité et sexualité au Maroc», signé Osire Glacier et paru aux éditions La croisée des chemins. L’essai est le fruit, selon l’autrice,  «d’une longue réflexion portant sur l’infériorisation des femmes au Maroc en particulier, et dans la quasi-totalité des sociétés humaines en général». Osire Glacier y examine comment les thèmes du corps, du féminin, du masculin et du sexuel sont établis et véhiculés par le langage, les médias, la littérature et les textes de loi dans le Maroc post-indépendant. Elle souligne également des survivances de l’ordre patriarcal dans les langues française et anglaise ainsi que dans l’imaginaire du cinéma de Hollywood.

Ce livre se donne donc pour objectif de dévoiler les dynamiques produisant la dépréciation du sexe féminin dans l’ordre patriarcal basé sur le principe du primat de la masculinité, avec son corollaire: l’exploitation sociale, politique, économique et sexuelle des femmes. Elle élucide, par la même occasion,  la fonction assurée par la sexualité dans la concrétisation, la stabilisation et la pérennisation de cette hiérarchisation.

En effet, ce même ordre patriarcal, produit, d’une part,  un masculin associé à la domination, l’agressivité et la violence, et inversement, un féminin associé à la soumission, la passivité et la douceur.  En d’autres termes, il produit des femmes et des hommes, et donc ultimement il donne naissance à deux groupes sociaux distincts, d’autant plus distincts qu’un différentiel de pouvoir et de privilèges est associé à leur citoyenneté. Il produit également une conception particulière du pouvoir. Ce pouvoir est sexué et sexualisé, c’est-à-dire qu’il est à la fois pouvoir masculin et pouvoir dont l’expression ultime est l’appropriation sexuelle du corps féminin.

A.Bo

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc