×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Appel à l’aide des crèches privées

Par Karim Agoumi | Edition N°:5845 Le 17/09/2020 | Partager
Plus de 70% de baisse du chiffre d’affaires
Le secteur demande un soutien financier de l’Etat

Depuis mars dernier, crèches privées et maternelles sont à l’arrêt en raison de la pandémie. Cette fermeture de près de 6 mois consécutifs est lourde de conséquences. Des milliers d’emplois sont aujourd’hui menacés. L’Association marocaine des crèches privées (AMCP) réclame une intervention urgente de l’Etat pour éviter le pire.

creche-privee-covid-045.jpg

Après plus de six mois de fermeture, les crèches privées sont au bord de la faillite. Plusieurs ont déjà annoncé leur fermeture. Des milliers d’emplois, directs et indirects, sont menacés (Ph. A.J.)

Plusieurs lettres ouvertes ont été adressées aux ministères de l’Education nationale, de l’Intérieur ou encore de la Jeunesse, afin de demander la réouverture rapide des établissements, dans le respect des mesures sanitaires officielles. «L’enseignement à distance n’est pas adapté à la tranche d’âge des enfants que nous accueillons habituellement, comprise entre 3 mois et 4 ans.

A ce stade de vie, la socialisation, l’initiation à la séparation et l’acquisition de l’autonomie – qui constituent les socles d’apprentissages fondamentaux de ces structures – ne peuvent en aucun cas être enseignées derrière un écran», confie la présidente de l’Association, Asma Sefrioui. L’organisme insiste sur l’importance des crèches pour l’éducation des futures générations et leur santé.

«Les jardins d’enfants ne servent pas uniquement de garderies pour les enfants. Ces instituts ont avant tout pour rôle d’accroître leur développement cognitif, cérébral et émotionnel, posant ainsi les jalons de leur éducation future», souligne dans ce sens la directrice d’une crèche à Casablanca, Kenza Bennani. Autre impératif posé par l’Association, la nécessité d’un soutien économique urgent pour les établissements en difficulté, ainsi qu’un report des échéances de crédit.

«Les reports de crédit n’ont concerné que la période du confinement qui a pris fin en juin. Nous nous sommes retrouvés au cours des mois de juillet et d’août à devoir puiser dans notre trésorerie pour pouvoir payer les charges salariales et les loyers», souligne Sefrioui. Une impasse qui, au final, a entraîné des baisses de chiffre d’affaires de plus de 70% de bon nombre de ces établissements, et qui menace plusieurs centaines d’emplois directement ou indirectement liés à l’activité. «Les employés ne bénéficient plus depuis juin dernier des aides de la CNSS. Un autre point crucial qu’il faudrait également prendre en considération», insiste la présidente.

Karim AGOUMI

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc