×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Laenser veut désenclaver Fès-Meknès

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5837 Le 07/09/2020 | Partager
Plus d’un milliard de DH pour les routes rurales
La lutte contre les disparités territoriales en priorité

Depuis son premier mandat (1997-2002) à la tête du Conseil régional (Fès-Boulemane), Mohand Laenser milite pour le désenclavement de sa circonscription. Il en est de même pour Mhamed Douiri qui avait pris la relève entre 2003 et 2015 assurant de belles réalisations en matière d’économie du savoir (Fès Shore), de routes, et de projets socioéconomiques d’envergure. Après les élections de 2015, Laenser a retrouvé son fauteuil de président. Le nouveau découpage régional (Fès-Meknès) a adossé à cette circonscription des zones enclavées et des poches de pauvreté. Conscient que le développement ne peut s’assurer que grâce à une vision globale, l’aménagement des voiries, l’électrification rurale, et l’eau potable, le doyen des présidents de régions a misé sur le désenclavement. Décryptage.

fes-mknes-route-037.jpg

Le désenclavement des zones rurales étant prioritaire pour le Conseil régional Fès-Meknès, celui-ci lui consacre un budget de 1,1 milliard de DH. Ici, le chantier de la route Fès-Ifrane qui a bien avancé (Ph. YSA)

 ■ Lutte contre les disparités territoriales et sociales
Une enveloppe de 1,1 milliard de DH est mobilisée pour la mise à niveau et la réalisation des pistes et des routes rurales au niveau de la région de Fès-Meknès. «Ces projets s'inscrivent dans le cadre du programme relatif à la lutte contre les disparités territoriales et sociales en milieu rural 2016-2020», explique Mohand Laenser, président du Conseil régional. Selon lui, «la priorité est donnée à la réalisation de 231 projets d’un investissement global de 1,7 milliard de DH». Concrètement, le plan d’actions porte sur l’aménagement des routes rurales, le renforcement de l'électrification du monde rural (160 millions de DH), le raccordement à l’eau potable (380 millions de DH) et l’appui aux secteurs de la santé et de l'éducation (48,3 millions de DH). A noter que pas moins de 167 projets d’un investissement de 1 milliard de DH sont réalisés par le Conseil régional ou l’Agence régionale d’exécution des projets (AREP). Ces projets affichent un taux d'engagement de 65,52%. Les 64 projets restants sont en cours de réalisation par les départements partenaires ou les collectivités locales pour un coût global de 640 millions de DH.
 
■ Le premier contrat-programme État-région adopté
En juillet dernier, les conseillers régionaux de Fès-Meknès ont adopté le premier contrat-programme État-région. Doté d’un budget prévisionnel de 11,19 milliards de DH, ce pacte porte sur la réalisation de 97 projets. Parmi les chantiers prioritaires figurent les secteurs de l’industrie et du développement des services numériques. Le Conseil régional consacre à cette partie 7 projets pour la bagatelle de plus d’un milliard de DH. Le triple de ce montant ira à l’équipement et la logistique (12 projets). Pour sa part, le vecteur de l’enseignement supérieur et l’appui à la recherche scientifique raflera plus de 1,85 milliard de DH pour la concrétisation de 5 projets. Prioritaires également, les secteurs de l’agriculture, la promotion de l’emploi et du développement des compétences, ainsi que l’artisanat et l’économie sociale seront respectivement financés à hauteur de 820 millions de DH, 725,9 millions de DH, et 393 millions de DH. En attendant, la région est aussi partenaire du plan de relance. «Nous allons dégager des budgets sur les opérations non vitales pour l’année 2020 pour financer les aides complémentaires au fonds de relance», confie à L’Economiste Mohand Laenser.
 
■ L’apport de la Région au niveau du CVER
Membre du Comité de veille économique régional (CVER), le président du Conseil régional suit de près l’impact de la crise Covid-19 sur tous les secteurs. «Nous participons également à la mise en place de plans de relance grâce à une démarche participative… Notre objectif premier est d’instaurer la confiance avec la population, le citoyen, et l’entreprise», estime Laenser. A ce titre, ce dernier compte également accélérer la mise en œuvre de la première tranche de la zone logistique de Ras El Ma (600 ha), et la valorisation des activités économiques et l’amélioration du cadre de vie de la médina de Fès. Pour ce dernier volet, le Conseil régional est partenaire dans le programme 2020-2024 visant la mise à niveau et la réhabilitation de 1.197 sites de l’ancienne médina. Un programme qui aurait été impacté par l’arrêt des chantiers dû au confinement. En tout cas, la région vient d’approuver un emprunt de 20 millions de dollars. Celui-ci sera contracté auprès de la Société financière internationale (SFI), pour le financement d’équipements pour la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Qualification sociale

Pour la qualification sociale et l’identification des disparités territoriales, la Région a priorisé 19 projets pour une enveloppe de plus de 2,2 milliards de DH. Le tourisme et la valorisation du patrimoine culturel ainsi que l’environnement et la protection des ressources naturelles, ne sont pas en reste. La Région leur a dédié respectivement 16 projets pour 386 millions de DH et 7 projets pour l’enveloppe de 551,69 millions de DH.

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc