×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Pour les cours en présentiel, les places seront bien limitées

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5833 Le 01/09/2020 | Partager
Des formulaires à remplir pour envoyer les enfants en classe
Considérés comme une «décharge» par des parents
La préparation de la rentrée sera décisive!
cours-covid-033.jpg

Les directions pédagogiques des écoles travaillent d’arrache pied pour que la rentrée se déroule dans les meilleures conditions. Elles sont actuellement en train de sonder les parents pour finaliser leur dispositif et mettre au point les emplois du temps (Ph. L'Economiste)

La décision ministérielle concernant l’année scolaire 2020-2021 fait des remous. Une rentrée en deux temps a été annoncée. Les établissements et leurs personnels démarrent dès le 1er septembre. S’ensuivra, une semaine après, la rentrée des classes. 

Le ministère de l’Education nationale adopte comme modèle le e-learning. Les cours en présentiel ont été laissés aux choix des parents d’élèves. Ces derniers doivent remplir et signer un formulaire téléchargeable sur le site Massar (www.massarservice.men.gov.ma/waliye), et dans lequel ils s’engagent à respecter le protocole sanitaire de l’établissement. Une première question se pose sur la portée juridique de ce document.

La Fédération marocaine de l’enseignement et de la formation privés ne le considère pas comme une décharge. Un avis que ne partagent pas certains juristes consultés par L’Economiste: «Avec ce document, le ministère de tutelle et les établissements éducatifs assurent leurs arrières contre d’éventuelles actions en responsabilité devant la justice».

Ce n’est pas le seul point qui taraude l’opinion publique. Des écoles privées ont commencé à contacter les parents afin d’annoncer une rentrée en… présentiel, en mettant l’accent sur le nombre de places limité, alors que c’est aux parents qu’il appartient de choisir entre le e-learning et le présentiel. Certains estiment faire l’objet de pressions afin de les pousser à payer les frais de scolarité dans les plus brefs délais.

Pour le porte-parole des écoles privées, My Said Messaoudi, il est clair que les places en présentiel seront limitées à la capacité d’accueil de l'école. «Les établissements ont besoin de temps pour préparer les groupes de classes et les emplois du temps. Les retardataires devront faire le choix du distanciel», souligne-t-il.

«Que ce soit un établissement public ou privé, la préparation de cette rentrée exceptionnelle doit se faire en bonne et due forme. La direction pédagogique a besoin de visibilité sur le nombre d’élèves qui souhaitent rejoindre les bancs de l’école pour finaliser son dispositif, et orienter les moyens à sa disposition, en vue de servir au mieux les intérêts des apprenants, des enseignants et de l'établissement», souligne-t-il.

Tilila EL GHOUARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc