×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Immobilier: Les banques poussées à alléger leur bilan

Par Franck FAGNON | Edition N°:5829 Le 26/08/2020 | Partager
Au-delà d’une certaine période, la détention d’actifs hors exploitation sera coûteuse en fonds propres
Le dispositif de traitement des dations devrait entrer en vigueur au 4e trimestre
18 milliards de DH d’actifs seraient concernés

Les banques n’ont pas vocation à devenir des agences immobilières, a martelé la banque centrale ces dernières années face à l’augmentation des dations en paiement. La conjoncture dans le secteur immobilier et les plans de restructuration de certains grands opérateurs les ont amenées a accepter des biens immobiliers en remboursement des crédits.

credits-immo-029.jpg

Les banques ont réduit leur exposition à la promotion immobilière ces dernières années surtout vis-à-vis des entrepreneurs individuels. L’encours des prêts à cette catégorie de clientèle est passé de 20 milliards de DH en 2014 à 6 milliards de DH à fin 2019

Avant cet épisode, la profession avait déjà entamé une réduction de son exposition à la promotion immobilière. Entre 2014 et 2019, l’encours des crédits est passé de 65 milliards de DH à 60 milliards de DH dont une baisse de 20 à 6 milliards de DH de l’exposition sur les entrepreneurs individuels.

Après plusieurs années de discussions avec les banques, Bank Al-Maghrib a finalisé les règles devant régir les actifs acquis par voie de dation en paiement et ventes à réméré. Celles-ci devraient entrer en vigueur dans les prochains mois, selon le nouveau calendrier indiqué par la Banque centrale.

Le dispositif prévoit la mise en place de règles comptables dédiées, l’édiction d’une directive fixant les bonnes pratiques en matière de gouvernance et de gestion desdites opérations. Il introduit aussi un traitement prudentiel spécifique des expositions sur les actifs acquis par voie de dation.

banques-promo-029.jpg

La conjoncture dans le secteur immobilier et les plans de restructuration de certains grands opérateurs ont amené les banques à accepter des biens immobiliers en remboursement des crédits

Le portefeuille détenu par l’ensemble du secteur est évalué à 18 milliards de DH. Ce sont des montants significatifs qui peuvent fragiliser les banques, d’où l’intervention de la Banque centrale. L’on considère qu’un actif hors exploitation qui n’a pas été cédé au bout d’une certaine période n’a pas de marché. Il doit en conséquence être provisionné. Bank Al-Maghrib a retenu une provision minimale de 30% au bout de quatre ans.

Le niveau de provisionnement évoluera en fonction du nombre d’années de détention du bien. Appliqué au portefeuille actuel, c’est potentiellement 6 milliards de DH de provisions. Cela pourrait être lourd à absorber surtout dans le contexte actuel. La profession anticipe une envolée du coût du risque en raison de la détérioration des perspectives économiques provoquée par la Covid-19.

«C’est très délicat. Il faut voir si l’impact sera lissé dans le contexte de la Covid-19 et d’un marché immobilier peu liquide», indique le directeur d’une banque. L’idée est de trouver une solution transitoire qui n’ait pas un impact brutal sur les banques.

F.Fa

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc