×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Confinement et enseignement à distance L’Université Mohammed V de Rabat évalue l’impact

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5799 Le 08/07/2020 | Partager
Un retour plutôt positif quant au dispositif déployé
7 étudiants sur 10 consultent réguilèrement leurs cours
87% des enseignants souhaitent passer au blended learning à l’avenir
enseignement-a-distance-098.jpg

L’enseignement à distance mise surtout sur l’autonomie des étudiants et leur motivation. Ce dont la majorité a fait preuve. Ils ont été plus de 69% à consulter régulièrement leurs contenus pédagogiques et seule une minorité (4%) n’a jamais ouvert la plateforme (Source: UM5R)

Le confinement a profondément bouleversé les habitudes de tout un chacun. Les étudiants et les enseignants ont été les premiers à voir leur quotidien chamboulé par l’instauration urgente de l’enseignement à distance afin d’assurer la continuité pédagogique.

L’Université Mohammed V de Rabat (UM5R) a réalisé une enquête pour recenser le niveau de satisfaction et d’adaptation au dispositif d’e-learning. L’étude a été menée auprès de 8.355 étudiants et 571 enseignants appartenant aux différents établissements de l’Université. Les résultats de l’enquête démontrent que la majorité ont tiré profit de ce nouveau mode d’enseignement et ne s’en plaignent pas.

7 étudiants sur 10 sont plutôt satisfaits du dispositif d’enseignement à distance mis en place, contre 29% insatisfaits. Même si la majorité se dit satisfaite, plus de 78% des étudiants interrogés confient être des novices et qu’ils ont été confrontés à quelques problèmes d’adaptation et de suivi des cours. Ces difficultés sont principalement liées à la communication et l’interaction (47%) et à la logistique (34%).

Par ailleurs, ils sont 3 étudiants sur 10 à affirmer que les plateformes d’enseignement déployées par l’Université (G-Suite, Microsoft, Moodle) sont difficiles, voire très difficiles à utiliser. En revanche, près de la moitié estime que les cours sont interactifs et compréhensibles.

Etudier en autonomie requiert une motivation sans faille. L’étudiant qui se forme à distance est en quelque sorte livré à lui-même. Ainsi, 7 sondés sur 10 font preuve de sérieux et consultent régulièrement les ressources pédagogiques mises en ligne, tandis que 27% ne le font que rarement et 4% n’ont jamais consultés leur cours. Selon l’enquête, chaque étudiant a suivi en moyenne 25 visioconférences, soit presque 1 visioconférence tous les deux jours. La durée moyenne de suivi de chaque séance «live» est de 82 min (plus d’une heure et 20min) par séance.

Du côté des enseignants, 84% en sont plutôt contents du système mis en place. Ils sont 9 sur 10 à affirmer que tous les moyens ont été mis à disposition pour qu’ils assurent leurs cours dans les meilleures conditions. Ainsi, près des deux tiers utilisent les deux plateformes institutionnelles (G-Suite et Microsoft) et 20% combinent avec d’autres plateformes ou réseaux sociaux. Seuls 16% se sont tournés vers des plateformes autres qu’institutionnelles.

Comme leurs étudiants, près du ¾ des enseignants confient avoir été parachutés dans un mode d’enseignement qui leur est pratiquement inconnu.  Pour les familiariser à cette nouvelle méthode, l’université a assuré un accompagnement spécifique. Aussi, le quart des enseignants a pu bénéficier d’un accompagnement à distance et le tiers a pu profiter d’un accompagnement direct de la part de leurs établissements pour l’enregistrement vidéo de leurs cours.

En outre, plus de 68% des enseignants confirment qu’ils interagissent avec leurs étudiants lors des cours. La majorité (87%) affirme que cette méthode est parfaitement adaptée pour l’enseignement des cours théoriques et pour les exposés. 45% confirment qu’elle est également pratique pour les travaux dirigés et les cas d’application.

Même s’il ne s’agit pas d’un enseignement à distance préparé mais plutôt improvisé dans l’urgence, cette expérience a pu convaincre plus de 8 enseignants sur 10, qu’il peut être un complément à l’enseignement en présentiel. 87% comptent d’ailleurs intégrer davantage de cours à distance dans leurs enseignements. Et les ¾ des enseignants sondés souhaitent bénéficier de formation et d’accompagnement sur l’utilisation des plateformes d’enseignement à distance.

 Freins et limites du e-learning

Près des deux tiers des enseignants estiment que la qualité et la stabilité de la connexion constituent un frein majeur à l’efficacité de l’enseignement à distance. Ce qui selon eux impacte négativement l’interactivité des étudiants (62,7%). Par ailleurs, ils sont 66% à rencontrer des difficultés quant aux déploiements des travaux dirigés ou pratiques. Les ¾ affirment que la préparation des contenus pédagogiques respectant les normes de qualité requises demande plus de temps.

Tilila EL GHOUARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc