×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Réouverture des frontières: Pas pour tout le monde…

Par L'Economiste | Edition N°:5793 Le 30/06/2020 | Partager
Une liste provisoire de l’UE exclut les Etats-Unis et inclut la Chine sous condition
Plusieurs critères pour qu’un pays soit admis

A l’heure du déconfinement, plusieurs pays s’apprêtent à rouvrir leurs frontières (voir aussi «Réouverture des frontières: Le guideline de Bruxelles», cf. notre édition n° 5783 du 16/06/2020). A l’heure où nous mettons sous presse, les Européens ne parvenaient toujours pas à s’accorder sur une liste de pays considérés comme «sûrs» sur le plan épidémiologique. En attendant, le site https://reopen.europa.eu/fr donne accès aux informations qui permettent de planifier les voyages et les vacances.

reouverture-des-frontieres-093.jpg

L’aéroport d’Orly a repris ses opérations commerciales vendredi 26 juin, après presque trois mois de fermeture en raison du coronavirus (Ph. AFP)

■ Le Maroc figure dans la liste proposée
Vendredi soir, les ambassadeurs des pays de l’UE et de l’espace Schengen avaient proposé une liste d’une quinzaine d’Etats. La présidence croate de l’UE avait donné aux Etats membres jusqu’à samedi soir pour se prononcer lors d’un vote, mais certains ont réclamé plus de temps. La liste proposée contient quatorze pays (Algérie, Australie, Canada, Géorgie, Japon, Monténégro, Maroc, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Serbie, Corée du Sud, Thaïlande, Tunisie, Uruguay). S’y ajoute la Chine, sous condition de réciprocité, «c’est-à-dire à condition qu’elle accueille sur son sol les voyageurs venant de l’UE», selon une source diplomatique. Sont aussi admis les voyageurs d’Andorre, Monaco, du Vatican et Saint-Marin. La liste ne comprend pas les Etats-Unis, pays le plus touché par la pandémie de coronavirus avec 125.255 décès pour 2.492.246 cas enregistrés samedi soir, pas plus que le Brésil ou la Russie. Elle devrait être révisée toutes les deux semaines.

■ Les critères
La proposition européenne fixe plusieurs critères épidémiologiques pour qu’un pays soit sur la liste des admis, notamment un taux de nouveaux cas de Covid-19 proche ou en dessous de 16 pour 100.000 habitants (moyenne dans l’UE) sur les 14 derniers jours. Mais également une tendance à la stabilité ou à la baisse des nouveaux cas, ainsi que les mesures mises en place par un pays pour lutter contre la pandémie, dont la pratique de tests. Plusieurs Etats membres ont toutefois jugé «problématique» la fiabilité des données épidémiologiques fournies par des pays tiers, notamment la Chine.

■ Meilleure coordination
Si le contrôle des frontières reste une compétence de chaque Etat, l’UE s’efforce de se coordonner le plus possible sur la question des voyageurs à autoriser sur son sol. Et ce, en raison de la libre circulation qui reprend dans l’espace Schengen, avec la levée des restrictions décidées pour lutter contre le coronavirus. Les voyages non essentiels vers l’UE sont interdits depuis la mi-mars. Cette mesure doit être levée progressivement à partir du 1er juillet, en privilégiant les visiteurs venus de pays dont la situation épidémiologique est semblable à celle de l’UE, où la pandémie a reflué, voire meilleure. Certains pays touristiques se montrent désireux de rouvrir sans tarder. La Grèce a pour sa part commencé dès le 15 juin à rouvrir ses aéroports à plusieurs pays hors UE, dont la Chine, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud.

                                                                      

Au niveau maghrébin

ram-093.jpg

Rapatriement de 160 Marocains bloqués en Espagne en raison du Covid-19 (Ph. MAP)

«Toutes les frontières de l’Algérie vont rester fermées jusqu’à la fin de la pandémie de Covid-19…», a annoncé le président Abdelmadjid Tebboune, face à une recrudescence des cas de contamination. Les frontières de l’Algérie sont fermées depuis le 19 mars.

Pour la première fois depuis trois mois, des vols commerciaux venant en majorité d’Europe ont commencé à atterrir samedi dernier en Tunisie, où la saison touristique semble néanmoins compromise par les restrictions de déplacement visant à limiter un retour du nouveau coronavirus. Seuls les voyageurs en provenance de pays considérés comme sûrs, classés dans une liste verte (dont l’Allemagne, la Chine ou l’Italie) peuvent arriver en Tunisie sans aucune condition.

Ceux venant de pays classés orange, dont la France, le Maroc et l’Espagne, devront présenter un test PCR négatif fait moins de 72 heures avant le départ. Au Maroc, l’opération de rapatriement des Marocains bloqués à l’étranger suite à la fermeture des frontières aériennes, terrestres et maritimes en raison de la pandémie du Covid-19 se poursuit.

D’autres rapatriements depuis la Grande-Bretagne, la France, les Pays-Bas, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et l’Allemagne ont été organisés. Quelque 30 vols ont été programmés entre les 21 et 27 juin pour le rapatriement de 4.644 Marocains bloqués dans 17 pays, dans le contexte de la crise sanitaire.

F.Z.T. avec agences

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc