×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tourisme interne: Polémique autour de la campagne de communication

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5784 Le 17/06/2020 | Partager
L’ONMT donne les budgets aux CRT, mais ne s’implique pas dans le contenu
L’action applaudie par certains, décriée par d’autres
Les CRT échaudés par la lourdeur administrative de l’Office craignent les impayés

L’Office national marocain du tourisme (ONMT) vient de lancer un appel à manifestation d’intérêt (AMI) à l’attention des conseils régionaux du tourisme (CRT) pour mener conjointement des campagnes promotionnelles en préparation de la reprise d’activité pendant et après le confinement.

tourisme-084.jpg

Pour le CRT de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, ce nouveau budget va permettre au conseil d’optimiser davantage sa campagne et offrir des cadeaux comme des sorties en bateaux…. Ci-dessus la Marina de Tanger (Ph. AA)

L’Office s’est engagé sur un accompagnement financier à hauteur de 500.000 DH à 1,5 million de DH par CRT, selon le potentiel de la destination et ses infrastructures hôtelières. Et bien avant que cette campagne ne démarre, elle suscite déjà des polémiques. Sur la forme, l’ONMT n’a pas jugé bon de convoquer, le 11 juin dernier, toutes les instances de promotion, comme les conseils provinciaux de Meknès (voir encadré), d’Essaouira, du Haouz qui sont excédés par cette absence de coordination. Sur le fond de cette campagne, certains ne sont pas non plus d’accord. Le CRT de Guelmim Oued Noun a fait savoir son opposition à ce qu’il appelle «des dérives».

Pour le président de ce CRT, Patrick Simon, c’est une action de dernière minute non préparée et qui risque fortement d’échouer. «Il aurait d’abord fallu remédier aux carences de notre région, comme par exemple, le déficit de lits agréés à Mirleft alors que le logement informel en compte plus de 50.000».

Aziz Lebbar du CRT de Fès n’est pas non plus convaincu surtout face au peu de temps alloué aux préparatifs et aux budgets très modestes consentis par l’Office. «Mais rester en dehors de cette campagne porterait un lourd préjudice à notre destination au risque de la voir abandonnée à son sort», estiment les dirigeants du CRT de Fès qui ont commencé à diffuser l’information auprès de leurs membres pour identifier les packages et les offres.

Packages, deals, cadeaux… pour satisfaire les touristes

tourisme-084.jpg

Essaouira, qui est une marque à part entière va miser sur son ambiance, ses places et son expérience dans les sports nautiques….

Au Nord, le Conseil régional du tourisme de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma (CRT-TTA) a lancé il y a quelques semaines déjà une opération de promotion auprès du marché domestique pour séduire la clientèle nationale et qui assure la visibilité des 8 régions, habituellement envahie par les touristes nationaux. Pour Rkia Alaoui qui pilote ce CRT, ce nouveau budget va lui permettre d’optimiser davantage sa campagne et pourquoi pas l’étaler jusqu’à décembre. «Pour cela, nous devons être innovants, créer des deals, donner un "plus" à nos clients fidèles: des sorties en bateaux, des parties de golf… ».

De son côté, le président du CRT de Rabat/Salé/Kenitra, Hassan Bargach est aux anges. «C’est la première fois que nous avons un budget pour la communication pour le tourisme interne et surtout une vision à court et moyen terme pour ce segment».

Pour Bargach, en plus des packages et des offres attractives, l’axe premier sera évidemment la sécurité sanitaire de l’ensemble des infrastructures touristiques (hôtels, échoppes, restaurants…) et le deuxième axe est la communication. Il est clair qu’en cette période de post-covid, les professionnels du tourisme devront présenter un contenu sain et surtout, être innovants en concoctant de nouveaux itinéraires et packages.

Cette campagne de co-marketing, qui sera lancée suite à l’AMI, est une première dont la finalité est de rapprocher l’offre touristique de chaque région, du client final marocain, peut-on lire sur le communiqué du groupement des CRT.

plage-tourisme-084.jpg

Les prix seront négociés à 1100 DH/chambre double en formule tout compris pour le mois de juillet. Les tarifs seront revus à la hausse en août (Ph. Tripadvisor)

Dans l’Oriental, une des rares régions déclarées free of covid depuis les premiers jours de juin, le CRT se dit prêt à démarrer, car ses équipes ont travaillé durant les trois mois de confinement sur de nouveaux produits, la digitalisation… «Nous allons faire en sorte d’éviter que les hôtels vendent des formules tout compris pour permettre aux touristes d’avoir un plus grand choix en matière de restauration et d’excursion.

Pour ceux qui maintiennent le «all inclusive», nous sommes en train de négocier des tarifs ne dépassant pas les 1.100 DH par nuitée/chambre double en juillet. Ce prix sera revu à la hausse en août… Avec les agences, nous avons préparé des packages pour la vente des visites en mer, des produits nature… Par ailleurs, un kiosque va ouvrir incessamment en pleine marina pour donner les informations et vendre les packages», se réjouit Youssef Zaki, président du CRT de l'Oriental.

moulay-yaacoub-084.jpg

Thermalisme,  excursions dans l'arrière-pays, découverte de patrimoine et de gastronomie etc, Fès se dit prête pour accueillir ses visiteurs (Ph. YSA)

A Agadir, on s'impatiente. «Tout est déjà prêt et nous pourrions dès cette semaine démarrer la campagne », indique Rachid Dahmaz, président du CRT de Agadir Souss Massa. «N’oubliez pas que notre plan d’action a été réalisé il y a un an et demi. Nous avons juste besoin de l’adapter à ces nouvelles contraintes sanitaires et de choisir les agences de communications qui vont nous accompagner pour cette campagne», souligne Dahmaz.

Il faut dire que l’été est la seule haute saison pour la région du Souss Massa et chaque jour perdu se chiffre en grosses pertes. Même son de cloche auprès de Hamid Bentahar, président du CRT de Marrakech/Safi, qui assure que la communication autour des 9 provinces de la région n’a jamais été interrompue même pendant le confinement.  «Nous allons capitaliser sur nos deux marques Marrakech et Essaouira pour présenter l’ensemble du territoire à travers des itinéraires que nous avons identifiés comme Océan Drive, Mountain drive... Tout est déjà prêt» ajoute t-il.

Meknès fait cavalier seul

Les membres du conseil provincial de tourisme (CPT) de Meknès sont en colère, et vont  plus loin. N’ayant pas été invité par l’ONMT aux consultations, le CPT de Meknès annonce son intention de mener sa propre campagne de promotion selon les modalités requises, conformément à ses statuts et son plan d’action, et ce sans passer ni par l’ONMT ni par le CRT de Fès qui ne dispose d'aucune légitimité représentative à l'échelon régional. Cette campagne sera communiquée dès l’achèvement de toutes ses étapes préparatoires.

L’ONMT, mauvais payeur?

La réunion de l’ONMT et des 12 CRT du Maroc a abordé quelques sujets qui fâchent. Dans un PV de cette réunion tenue le 11 juin et dont L’Economiste détient copie, les professionnels  ont soulevé les problèmes rencontrés avec l’ONMT concernant le non-respect des  engagements de l'Office envers les CRT et la lourdeur administrative, depuis l’année 2016 à ce jour. Il s’agit de plusieurs retards signalés chaque année concernant la signature des conventions annuelles, ce qui engendre automatiquement le retard de l’opérationnalisation des actions programmées dans le plan d’action conjoint. Selon le PV, les CRT accusent l’ONMT de ne pas rembourser les actions prévues dans le plan d’action conjoint et signé avec l’ONMT et qu’ils ont engagées à leurs frais. Ces refus et reports ont engendré des problèmes financiers accumulés par les CRT chaque année vis-à-vis de leurs prestataires dont certains ont porté plainte devant les tribunaux.

                                                              

Putsch contre la CNT

Lors de la rencontre entre les CRT et l’ONMT, le 11 juin dernier, les 12 CRT du Maroc ont appelé à la création officielle du «Groupement des CRT du Maroc», afin de défendre les intérêts relatifs au développement du tourisme dans chaque territoire.

Une rencontre physique est même prévue à Agadir pour élaborer une feuille de route commune claire, peut-on lire sur le PV. Sauf que les CRT ne sont pas des associations de professionnels, mais des associations composées d’élus (commune et conseil de la région) et des autorités régionales. Aussi, les professionnels ne pourront pas décider de la création d’un groupement de ce genre sans en référer aux ministères du tourisme et de l’intérieur.

Pour certains opérateurs, ce sont des agissements qui décrédibilisent les outils actuels. «Et puis, quel sera le rôle de ce groupement à part faire de l’ombre à la Confédération nationale du tourisme?», s’interroge un autre professionnel.

Pour rappel, la création des CRT était une recommandation du contrat programme défini pour le tourisme. Les Groupements d'intérêt touristique ont cédé alors la place aux CRT au sein desquels siègent depuis 2002 les représentants du privé et du public au niveau local (Voir notre édition n°1303 du 2 juillet 2002).

Badra BERRISSOULE  

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc