×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tourisme: Des bribes du plan d’action dévoilées

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5779 Le 10/06/2020 | Partager
Les aspects financiers et de gouvernance dans la loi de finances rectificative
La sortie de crise par le tourisme interne
Une campagne de com pour attirer les Marocains

Lors des questions orales de la Chambre des représentants, Nadia Fettah a remis une couche sur la priorité accordée au tourisme interne pour sortir la tête de l’eau. Le secteur est sinistré. Ainsi, le ministère du Tourisme, en collaboration avec l’ONMT, travaille sur la mise en place d’une stratégie de communication pour le marché intérieur, national et régional. Celle-ci vise à rapprocher le produit touristique des citoyens. Une campagne de pub a été lancée comme première phase durant la période de l’état d’urgence sanitaire. Elle vise à rapprocher les Marocains des richesses, des produits et des métiers du tourisme national. La mise en œuvre de cette stratégie de communication se poursuivra directement après la levée du confinement. L’objectif de la 2e phase est d’encourager les citoyens à voyager au cours de l’été et les week-ends. Tous les intervenants seront associés à cette période sensible, a noté la ministre.

■ Promesses d’offres attrayantes

tourisme-1-079.jpg

Pour l’heure, le ministère, à travers l’Office et en partenariat avec les professionnels, met en place les mécanismes nécessaires pour fixer et commercialiser les offres touristiques conformes aux différentes couches de la population. Pour les accrocher, il mise sur les moyens disponibles, notamment les nouvelles technologies qui sont à la portée de tout le monde, dira-t-elle. En pratique, ce département veut conclure des partenariats avec les différents opérateurs et intervenants du secteur: hôtels, agences de voyage, opérateurs du transport aérien, ferroviaire et routier... Le but est de proposer des offres attrayantes pour les touristes marocains, à des prix préférentiels et qui correspondent au pouvoir d’achat des différentes couches sociales. C’est la seule manière pour que le produit touristique marocain soit à la portée de tous, martèle t-elle.

■ Positionner le Maroc dans le monde de l’après-Covid-19

tourisme-2-079.jpg

Selon elle, le ministère a préparé «un plan sectoriel, intégré et participatif» pour limiter l’impact de la pandémie et relancer le secteur. Il vise également à «positionner le Maroc dans le monde de l’après-Covid-19, en profitant des changements et des attentes des consommateurs en vue d’améliorer la qualité de l’offre marocaine». Ce plan s’articule autour de 3 points. Primo: le maintien des postes d’emploi, des compétences et des capacités des professionnels. Deuxio: la relance du secteur passe dans un premier temps par le tourisme interne. Tercio : la mise en place d’une offre de qualité supérieure, en mesure de répondre aux attentes et aux besoins des touristes. La ministre ne donnera pas de détails. Elle se contentera d’affirmer que sur les aspects financiers et de gouvernance du secteur, le plan comporte d’autres dispositions en cours de négociation. Celles-ci seront intégrées dans le projet de loi de finances rectificative. Le financement des réformes va continuer lors de la loi de finances de l’année prochaine.

■ Recul du trafic aérien de 5 millions de voyageurs
La suppression des liaisons aériennes a provoqué des pertes financières importantes des compagnies aériennes. Le rapport de l’IATA a montré qu’au sujet du Maroc, la réduction du trafic aérien est de 5 millions de voyageurs. Ce qui conduit à des pertes financières et des menaces sur les postes d’emploi. Sur le plan mondial, le tiers de la flotte internationale est resté au sol à cause de la pandémie. Les prévisions des recettes des compagnies aériennes internationales devront enregistrer une baisse de 252 milliards de dollars, avec un recul des capacités de l’industrie de l’aéronautique de plus de 30% au courant de cette année.

■ La RAM se rabat sur le fret

tourisme-3-079.jpg

A la mi-mars, la compagnie nationale a suspendu toutes les liaisons internationales et intérieures. Toutefois, elle a continué à déployer certains avions, particulièrement les gros porteurs pour le fret. Au cours des dernières semaines, elle a assuré des dizaines de vols pour transporter des équipements médicaux de Chine et de la Corée du sud. La RAM assure des liaisons dans le cadre de l’exportation et de l’importation des milliers de tonnes de produits de consommation au profit du Maroc et d’autres pays africains.

■ Formation en attendant la reprise
En vue de renforcer les capacités des professionnels du tourisme et de les préparer à une reprise rapide des activités, qui exige l’amélioration de la compétitivité, le ministère a développé une plateforme numérique. Il s’agit de les accompagner à travers une offre de formation. Les domaines ciblés : la qualité, l’innovation et la capacité commerciale.

■ Les instituts de formation hôtelière et touristique à l’arrêt

tourisme-4-079.jpg

Le ministère du Tourisme dispose de 16 instituts de formation des ressources humaines qualifiées pour le secteur. Les études ont été suspendues depuis le 13 mars mais l’enseignement à distance a continué. Le ministère travaille sur les scénarios pour garantir la continuité de la saison et préparer la prochaine rentrée. Il s’agit aussi de programmer les évaluations qui n’ont pas été réalisées à cause de l’état d’urgence sanitaire comme les stages.

Indicateurs au rouge

Sur le plan national, les indicateurs du secteur ont enregistré un recul important au cours des quatre premiers mois de cette année. En effet, le nombre de touristes a baissé de 45% par rapport à la même période de l’année dernière. Même tendance baissière de la destination pour les nuitées qui ont reculé de 43%. Durant cette période, les recettes touristiques n’ont diminué que de 15%. Cela s’explique par les bonnes performances de janvier et février qui ont amorti la baisse, a souligné la ministre. Elle a rappelé que le secteur touristique a enregistré un quasi arrêt au cours des mois de mai et début juin. En effet, 95% des hôtels et établissements d’hébergement ont fermé leurs portes à cause de la pandémie. Mais les difficultés que ces professionnels ont affrontées ne les ont pas détourné du sentiment de solidarité dont ils ont fait preuve, en mettant à la disposition des autorités locales et sanitaires leurs infrastructures (hôtels, des restaurants et du transport touristique).

Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc