×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Covid-19/Arsenal anti-crise: La BCE se retrousse les manches

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5774 Le 03/06/2020 | Partager
Les mesures d’assouplissement monétaire au menu de la réunion de jeudi
De nouvelles prévisions économiques seront annoncées

Renforcer son programme d’urgence destiné à limiter l’impact économique de la pandémie Covid-19. C’est de cette question que devra discuter la Banque centrale européenne (BCE) lors de sa réunion prévue le jeudi 4 juin.

«Le programme d’urgence pour faire face à la pandémie du coronavirus (PEPP), via des rachats massifs de dette, pourrait être prolongé au-delà de la fin 2020», avait annoncé récemment la présidente de l’institution, Christine Lagarde. Pour elle, le «dispositif de 750 milliards d’euros, lancé en mars pour amortir le choc économique déclenché par la crise sanitaire, sera poursuivi jusqu’à ce qu’elle soit passée…».

La réunion de jeudi serait aussi l’occasion de reparler de «la guerre des juges». La Cour constitutionnelle allemande avait lancé un ultimatum à l’institut chargé de piloter la politique monétaire en zone euro, en lui demandant de justifier ses décisions dans un délai de trois mois. Elle vise les rachats massifs de dette publique et privée par la BCE destinés à soulager l’économie en réinjectant de l’argent frais dans le circuit.

Un outil à nouveau largement utilisé face à l’impact de la crise. Non seulement la Cour a critiqué la Banque centrale mais elle a aussi dénoncé un jugement de la Cour de justice européenne. Elle avait validé l’action de l’institut monétaire de Francfort, estimant que «cette dernière n’avait pas suffisamment contrôlé l’action du gardien de l’euro».

En réaction, la CJUE a déjà rétorqué qu’elle était «seule compétente pour juger de la conformité des actes des institutions de l’Union». Dans cette «guerre des juges», la BCE a obtenu aussi le soutien de la Commission européenne. Cette dernière a même évoqué «une procédure en infraction contre l’Allemagne pour non-respect des traités européens». Lesquels garantissent la primauté du droit européen dans les domaines relevant de la compétence de l’UE.

La situation économique sera aussi abordée par la présidente de la BCE Christine Lagarde à travers une évaluation très attendue de l’ampleur de la crise. Elle abordera largement les prévisions macroéconomiques courant jusqu’en 2022. Il faudrait désormais tabler sur un recul du produit intérieur brut de la zone euro compris entre 8 et 12% cette année, avertissait auparavant Lagarde, avant une reprise au déroulement très incertain.

Un ambitieux plan de relance

bce-074.jpg

Après avoir maintes fois exhorté les Etats à agir, la BCE n’est plus seule à la manœuvre. Les pays de l’UE négocient un ambitieux plan de relance de 750 milliards d’euros présenté par la Commission, qui suppose un emprunt commun.
«S’ils devaient échouer, l’unité même de la zone euro pourrait en souffrir», mettait en garde la Banque centrale européenne. Faute de mesures suffisantes pour préserver la viabilité de la dette, certains pays pourraient spéculer tout en pariant sur leur abandon de la monnaie unique!

                                                                                  

■ «Le virus n’est pas devenu moins pathogène…»,avertit l’OMS
 «Nous devons être attentifs à ne pas donner le sentiment que tout à coup le virus, par sa propre volonté, a décidé de devenir moins pathogène. Ce n’est pas du tout le cas…», a avertit Michael Ryan, chef du programme d’intervention d’urgence à l’OMS, lors d’une conférence de presse virtuelle. Le nouveau coronavirus «reste un virus tueur et des milliers de personnes continuent de mourir chaque jour», a-t-il souligné, interrogé sur les déclarations d’un médecin et urgentiste italien selon qui «il avait disparu d’Italie…».
«Nous ne savons pas si c’est le cas pour la Covid-19, mais il est possible que ce ne soit pas le virus lui-même qui devienne moins virulent, mais que nous, en tant que communité, parvenons à réduire le nombre, l’intensité et la fréquence aux expositions à la maladie…», a avancé Michael Ryan.

■ USA: Climat de tension
Quelques jours après l’homicide à Minneapolis de George Floyd, plusieurs villes américaines (New York, Los Angeles…) ont renforcé leurs mesures sécuritaires, décrétant ou rallongeant un couvre-feu nocturne. Face aux troubles se surajoutant à la pandémie de coronavirus, le président américain Donald Trump a annoncé d’un ton martial le déploiement de «milliers de soldats lourdement armés et policiers à Washington pour mettre un terme aux émeutes et aux pillages». Tandis qu’il s’exprimait dans les jardins de la Maison-Blanche, la «police a effectué des tirs de gaz lacrymogène pour disperser des manifestants rassemblés à l’extérieur de l’enceinte», rapportent les médias étrangers. Plusieurs Américains manifestent depuis la semaine dernière contre les «brutalités policières, le racisme et les inégalités sociales, exacerbées par la crise du Covid-19», précisent-ils.

■ Transport aérien: Nouvelles consignes
Port du masque, contrôles de température ou accès aux toilettes: l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a publié une série de recommandations sanitaires à destination du transport aérien. Ainsi, le voyageur devrait présenter, à son arrivée à l’aéroport, une déclaration de santé et subir un premier contrôle de température, propose l’Organisation. L’enregistrement en ligne avant d’arriver à l’aéroport est préconisé et les passagers sont priés de voyager aussi léger que possible, avec un petit bagage à main.
Les cartes d’embarquement sur téléphone mobile doivent être privilégiées, de même que plus généralement toutes les technologies «sans contact» (reconnaissance faciale ou oculaire) dans les aéroports. Aussi, l’accès au terminal devrait être limité aux voyageurs, à leurs accompagnants pour les personnes handicapées par exemple et au personnel…

F.Z.T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc