×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Gestion de crise: Les critiques de l’Istiqlal

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5762 Le 15/05/2020 | Partager
Marocains bloqués, aide aux ménages, confinement…
Plaidoyer pour prolonger le programme Damane Oxygène pour une année supplémentaire

Le parti de l’Istiqlal a ouvertement critiqué la gestion du gouvernement du dossier des Marocains bloqués à l’étranger. Le Comité exécutif de cette formation a considéré, lors de sa dernière réunion, que «le gouvernement n’a pas pris des mesures face à l’ampleur des problèmes dont souffrent les personnes bloquées». Celles-ci n’ont aucune visibilité pour l’instant.

barrage-police-062.jpg

L’Istiqlal a appelé le gouvernement à faire preuve de plus de rigueur dans le contrôle de l’application de l’état d’urgence sanitaire, notamment en sanctionnant certains comportements irresponsables (Ph. Bziouat)

Pour le PI, «les déclarations du chef du gouvernement, assurant que les personnes bloquées à l’étranger seront rapatriées après la réouverture des frontières, traduisent la politique de fuite en avant adoptée dans ce dossier». D’où l’appel à mettre en place un plan pour garantir le retour de ces personnes.

L’Istiqlal a mis l’accent sur l’urgence de programmer des vols spéciaux dans une échéance rationnelle, en prenant en compte les mesures de prévention sanitaire pour éviter les effets potentiels sur la situation épidémiologique au niveau national. Le Comité exécutif de cette formation a également «déploré certains agissements qui constituent une véritable menace favorisant la propagation du virus et la création de clusters de contamination».

Ce parti a appelé le gouvernement à «faire preuve de plus de rigueur dans l’application de l’état d’urgence sanitaire, notamment en sanctionnant certains comportements irresponsables. Cela concerne des particuliers mais également des dirigeants d’unités de production n’ayant pas assuré les moyens de prévention dans les lieux du travail». Surtout avec l’augmentation notable du nombre des nouveaux cas quotidiens de contamination enregistrés depuis la semaine dernière.

Concernant le dispositif d’appui pour limiter les effets économiques et sociaux de cette crise sanitaire, le Comité exécutif de l’Istiqlal a pointé certains dysfonctionnements. Cela concerne notamment la gestion du soutien matériel aux ménages impactés par l’arrêt d’activité de plusieurs secteurs suite à l’instauration de l’état d’urgence sanitaire. Le PI déplore la privation de plusieurs familles de cette aide.

«Cela concerne aussi bien les titulaires de la carte Ramed  que les non-ramédistes», est-il indiqué. Pour ce qui est de l’aide aux entreprises, l’Istiqlal plaide pour la prolongation du programme Damane Oxygène pour une année supplémentaire, afin de permettre aux PME de dépasser les difficultés auxquelles elles font face. Les banques sont également appelées à plus d’implication. L’idée est de couvrir davantage de personnes en matière de report des mensualités des crédits.

S’agissant d’enseignement à distance, ce parti estime que cette approche a favorisé «de nouvelles formes de discrimination entre les élèves, notamment à cause des différences des moyens matériels». D’où l’importance de lancer, lors de la prochaine rentrée, un programme spécial de rattrapage, permettant une mise à niveau des élèves.

M.A.M.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc