×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Coronavirus: Ce que proposent les économistes istiqlaliens

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5723 Le 20/03/2020 | Partager
Report des échéances fiscales dues par les PME et TPE jusqu’à la reprise de l’activité
L’Alliance plaide pour le travail à distance et à temps partiel pour préserver les emplois

Après le mémorandum adressé au ministre des Finances par les groupes parlementaires, d’autres instances ont formulé une série de propositions pour atténuer l’impact économique et social du coronavirus. C’est le cas notamment de l’Alliance des économistes istiqlaliens, qui a appelé «le gouvernement et les opérateurs économiques à œuvrer solidairement».

L’objectif est de «sauvegarder les entreprises, préserver les emplois et de venir en aide aux ménages vulnérables». Cette instance a affiché son «inquiétude quant aux conséquences des arrêts d’activité provoqués par cette pandémie», qui risquent de provoquer des «défaillances d’entreprises en série, particulièrement des PME/TPE et des auto-entreprises». Plusieurs secteurs sont concernés, que ce soit dans le formel ou dans l’informel, selon l’Alliance des économistes istiqlaliens.

Dans les détails, les propositions de l’Alliance des économistes istiqlaliens s’articulent autour de plusieurs axes. Il s’agit d’abord de «restaurer la confiance et aider les entreprises à survivre et à préserver les emplois». Cela devra passer par une série de mesures, dont certaines sont à l’examen par le Comité de vigilance économique.

Cela concerne par exemple le report des échéances fiscales dues par les PME et TPE jusqu’à la reprise de l’activité. Cette instance appelle également à suspendre immédiatement les ATD instruites au profit du fisc et de la CNSS et proposer des solutions amiables et sans majorations aux créanciers.

S’y ajoute l’activation des remboursements des crédits de TVA aux entreprises pour soulager leur trésorerie et l’accélération des paiements des décomptes et attachements liés à l’exécution des marchés et commandes publics. L’Alliance appelle également à reporter les paiements des redevances dues par les PME concernant l’eau, l’électricité et les télécoms. 

Le 2e axe des propositions concerne des actions de solidarité au profit des activités directement touchées par les fermetures et les ménages vulnérables ne bénéficiant pas de revenus réguliers. Pour limiter les impacts sur cette catégorie, cette instance propose au gouvernement de verser des revenus solidaires, sous forme de cartes bancaires chargées, aux chefs de ménages identifiés via les bases de données du Ramed et Tayssir.

Autre mesure proposée: différer, sans intérêts, les échéances de crédits au logement et à la consommation dues par ces ménages pendant la période de la crise.

Pour préserver les emplois, l’Alliance plaide pour la mise en place de systèmes de travail à distance et de travail à temps partiel, afin d’éviter les licenciements. Cela devra s’accompagner de l’octroi de cartes gratuites pour connexion à Internet aux familles devant travailler à domicile ou ayant des enfants scolarisés devant suivre des cours à distance.

Financement

En plus de la mise en place d’un Fonds spécial, l’Alliance plaide pour la mobilisation de moyens supplémentaires. L’idée est notamment de renforcer les ressources de ce Fonds via le lancement d’un appel à contribution, avec des versements qui peuvent être faits de façon anonyme. Cela pourra s’accompagner de l’utilisation de lignes de financement sans intérêts, destinées à faire face au Covid-19, prévues par les organismes internationaux comme le FMI. La mise en place d’une loi de finances rectificative est également recommandée par cette instance, afin de retarder certaines dépenses d’investissement et de reporter le paiement de certaines échéances de la dette du Trésor. Ce texte devra aussi prendre en compte la baisse attendue de la production agricole et le ralentissement quasi-certain de la croissance.

M.A.M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc