×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Tunisie: Le gouvernement se fait toujours attendre

Par L'Economiste | Edition N°:5707 Le 27/02/2020 | Partager
Un vote de confiance espéré
D’importants dossiers socio-économiques en suspens

A l’heure où nous mettions sous presse, le Parlement tunisien devait ac­corder hier mercredi sa confiance au nou­veau gouvernement. Celui-ci a été formé après quatre mois d’intenses négociations et doit s’atteler à d’importants dossiers socio-économiques en suspens.

Dans le cas contraire, un second rejet après l’échec d’un premier cabinet en janvier ouvrirait la porte à la dissolution de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) élue le 6 octobre et à des élections anticipées.

A l’ouverture de la plénière devant 180 députés sur un total de 217 élus, le Premier ministre désigné Elyes Fakhfakh a affirmé que son gouvernement ambi­tionnait de «réaliser l’intérêt suprême de la Tunisie». Et de lister les priorités de son équipe: la lutte contre les actes cri­minels et terroristes, contre la hausse des prix, la pauvreté, la corruption, ainsi que la relance de l’économie et la création d’emplois.

Rétablir un climat politique sain, ren­forcer le rôle de l’Etat et poursuivre la mise en place des institutions démocra­tiques manquantes figurent également dans son programme, a-t-il dit.

La parole étant donnée à des dizaines de députés, le vote de confiance devrait in­tervenir dans la nuit de mercredi à jeudi. Le gouvernement est composé de 15 membres appartenant à des partis politiques et 17 autres présentés comme des personnalités indépendantes qui se voient confier notam­ment les ministères régaliens.

Plus grande force au Parlement, le parti d’inspiration islamiste Ennahdha (54 députés) a obtenu six ministères. Même s’il n’a pas décroché les ministères qu’il convoitait, Ennahdha a affirmé dans un communiqué mardi soir qu’il voterait en faveur de ce cabinet.

D’autres blocs parlementaires comme le Courant démocrate (22 sièges) et le Mouvement du peuple (16 sièges) ont manifesté également leur soutien au gou­vernement. Lequel doit obtenir la majorité absolue de 109 voix, au sein d’une Assem­blée particulièrement morcelée. Le parti libéral Qalb Tounes (38 sièges, 2e force dans l’ARP), de l’homme d’affaires Nabil Karoui, n’a pas été sollicité pour faire par­tie de ce gouvernement, et se pose ainsi dans l’opposition.

Mais, a-t-il fait savoir après une réunion de son bureau, s’il y avait un risque que le gouvernement n’ob­tienne pas la majorité des voix et donc que l’assemblée soit dissoute, il déciderait alors d’approuver l’équipe de Fakhfakh. Ce vote intervient après un accord de dernière mi­nute le 19 février entre le président tunisien Kais Saied et Ennahdha.

La gangrène du chômage

En janvier, un précédent gouvernement constitué sous la houlette d’Ennahdha avait échoué à obtenir la confiance des députés. La Tunisie est donc gérée depuis plus de quatre mois par le gouvernement sortant, ali­mentant un attentisme qui ralentit la vie publique et économique du pays. Le nouveau gouvernement devra notamment relancer les discussions avec les bailleurs de fonds, à commencer par le FMI dont le programme entamé en 2016 s’achève en avril/mai 2020. Quant aux Tunisiens, neuf ans après le Printemps arabe, ils attendent toujours un gouvernement démocratique à même de s’attaquer aux nombreux maux socio-économiques qui rongent leur pays. Si la sécurité s’est nettement améliorée après une série d’atten­tats, l’économie en berne ne permet pas de réduire un chômage dépassant les 15%, alors que l’inflation s’est stabilisée à plus de 6,5%.

F. Z. T. avec agences

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc