×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 186.066 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 230.556 articles (chiffres relevés le 28/5 sur google analytics)
Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5699 Le 17/02/2020 | Partager

■ Un robot-serveuse pour alléger le lourd quotidien des Afghans

insolite-cari-099.jpg

La toute première serveuse robot d'Afghanistan présente une assiette de frites fumantes à une tablée interloquée de Kaboul. "Merci beaucoup", dit-elle en dari, l'une des deux langues principales de ce pays abonné aux atrocités et dont la machine égaie un peu le quotidien. Le robot humanoïde blanc à la tête profilée et aux bras articulés, qui mesure 1 mètre 50 et semble porter une jupe ample, se prénomme «Timea». Importé du Japon, il a attiré les curieux depuis son entrée en fonction le mois dernier, se réjouit le directeur du restaurant, Mohammad Rafi Shirzad. «Il est intéressant pour beaucoup de gens ici de voir un robot dans la vie réelle», affirme-t-il. «Parfois, les enfants sautent de joie et de surprise quand ils (le) voient leur apporter de la nourriture». Après quatre décennies de guerre qui ont laissé une grande partie des infrastructures de l'Afghanistan en ruines, la vue d'une serveuse à piles a apporté un peu de légèreté à Kaboul.
Le robot peut dire des phrases basiques, comme «Joyeux anniversaire». Les clients peuvent passer des commandes via un écran tactile placé sur son ventre. Mais il n'a pas que des amis. Certains Afghans voient en son existence une menace pour l'emploi dans un pays au niveau de chômage dramatique, proche de 40%.

■ La Poste italienne répond sèchement à l'entraîneur de la Juventus

La Poste italienne a vivement réagi mercredi sur Twitter à une remarque de Maurizio Sarri, l'entraîneur de la Juventus, qui avait expliqué que s'il avait voulu éviter la pression, il aurait choisi de travailler pour l'entreprise publique. Lors d'une conférence de presse, Sarri a été interrogé sur les résultats mitigés de la Juventus actuellement et sur la pression liée à cette situation. «Si je n'avais pas voulu être sous surveillance, j'aurais envoyé mon CV pour travailler à La Poste. Tout est normal. Nous sommes en février et en course dans toutes les compétitions, en ligne avec les objectifs fixés cette saison», a déclaré le technicien italien.
La Poste «invite M. Sarri à consacrer quelques minutes de son précieux temps à découvrir que La Poste est la plus grande entreprise du pays, choisie par des jeunes diplômés comme l'une des entreprises les plus attractives, reconnue comme l'une des 500 premières entreprises au monde pour la qualité de la vie au travail», a répliqué l'entreprise publique sur Twitter. Le groupe rappelle également qu'il a «réalisé l'une des meilleures performances en Bourse en 2019» et qu'il «se place au troisième rang au plan mondial des entreprises italiennes pour l'image et la réputation».

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc