×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Casablanca: La propreté et les bus au menu du conseil de la ville

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5693 Le 07/02/2020 | Partager
Des débuts difficiles pour les nouveaux délégataires
Fermeture imminente de la décharge de Médiouna
257 bus d’occasion bloqués au port de Casablanca

72 points à l’ordre du jour et une séance sur 2 journées. Le menu de la session de février du Conseil de la ville de Casablanca était bien trop chargé pour tenir en une seule séance, avec une majorité de points portant sur des cessions de terrains ou des opérations immobilières.

Lors de la séance de jeudi 6 février, le vote de la programmation de la 5e tranche du prêt de la Banque mondiale octroyé à la commune a été reporté. Il en est de même pour plusieurs points reportés à la séance de ce vendredi 7 février.

Cette session a été toutefois l’occasion d’aborder plusieurs sujets d’actualité pour la ville de Casablanca. Il faut dire que les derniers mois étaient pleins de rebondissements pour la ville. Ils ont été marqués notamment par le démarrage des nouveaux contrats de gestion déléguée de la propreté et du transport public par bus, les deux plaies de la métropole.

abdelaziz-el-omari-093.jpg

Abdelaziz El Omari, président du Conseil de la ville, a annoncé, jeudi 6 février, l’ouverture imminente de la nouvelle décharge contrôlée (à côté de l’ancienne) et la fermeture de l’ancienne décharge de Médiouna (Ph. Jarfi)

Des débuts difficiles d’autant plus que le nouveau matériel de collecte des ordures, promis pour le 21 décembre 2019, n’a finalement fait son apparition qu’à compter de la mi-janvier 2020. Aujourd’hui, Derichebourg a déjà déployé 100% de son matériel et Averda en est à 90%. «Nous avons appliqué les pénalités de retard stipulées par les contrats», souligne Abdelaziz El Omari, président du conseil de la ville.

Ces pénalités ne dépassent toutefois pas un plafond de 5 millions de DH/mois. De même, le système de contrôle et de suivi par GPS n’est toujours pas opérationnel. En effet, l’entreprise en charge de ce volet n’a pas encore obtenu toutes les autorisations requises pour le déploiement du système.

El Omari a également annoncé l’ouverture imminente de la nouvelle décharge contrôlée (à côté de l’ancienne). «Nous avons envoyé une correspondance dans ce sens au wali afin de fermer définitivement la décharge de Médiouna», a-t-il annoncé.

Quant au transport par bus, le maire assure que «257 bus d’occasion sont aujourd’hui au niveau du port de Casablanca en attendant la finalisation des procédures administratives». Il faudra aussi préparer les dépôts censés abriter les 400 bus qui circuleront durant la phase transitoire en attendant l’arrivée des 700 bus neufs commandés conjointement par l’ECI (établissement de coopération intercommunale) et le délégataire Alsa.

En attendant, «les anciens bus déglingués de M’dina Bus continuent de circuler avec des tickets Alsa», comme l’a si bien souligné une élue lors de la session du 6 février.

Aziza EL AFFAS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc