×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5682 Le 23/01/2020 | Partager

    ■ Un bug porno dans une gare suédoise
    Un écran interactif dans la gare d’une ville suédoise a diffusé des images pornographiques au lieu des habituels horaires et publicités, a-t-on appris auprès de l’opérateur des transports publics locaux. L’incident, survenu au cours d’une opération de maintenance, a duré une quinzaine de minutes avant l’intervention des techniciens. «Nous avons été informés par un chauffeur de bus que quelqu’un diffusait des images pornographiques sur un de nos écrans», a indiqué Karl-Johan Bodell, directeur du trafic à la régie des transports publics de la région. Le sous-traitant responsable des écrans a ouvert une enquête interne pour déterminer les causes du fâcheux dysfonctionnement et empêcher qu’il ne se reproduise, a-t-il précisé. De leur côté, les médias locaux affirment que des hackers en sont à l’origine.

    ■ A 17 ans, cette Indienne a les plus longs cheveux du monde

    cheveaux-082.jpg

     

    Avec une coiffure mesurée à 190 centimètres, cette jeune Indienne de 17 ans conserve son titre de l’adolescente à la plus longue chevelure du monde. Nilanshi Patel, qui vit dans la petite ville de Modasa dans l’Etat du Gujarat (ouest de l’Inde), a obtenu à nouveau en 2019 son certificat du livre Guinness des records, améliorant son précédent record de 170,5 centimètres établi en décembre 2018. Surnommée «Raiponce» par ses amis et camarades d’école, en référence à une princesse à la longue chevelure d’un conte des frères Grimm, Nilanshi Patel n’a pas poussé la porte d’un coiffeur depuis onze ans.

    ■ Pas touche à mon chat!
    Face aux absences prolongées de son chat, une psychothérapeute britannique a mené son enquête... qui l’a conduite à engager une procédure judiciaire entraînant des dizaines de milliers d’euros de coût pour interdire à sa voisine de nourrir l’infidèle félin.
    De retour de chacune de ses escapades, Ozzy, un Maine Coon gris et blanc du quartier résidentiel de Brackenbury Village, à Londres, revenait le ventre plein et le pelage soyeux. Pour lever le mystère, sa propriétaire avait équipé le félin d’un collier GPS en novembre 2015. Le bornage trahit la vie secrète d’Ozzy: il passe son temps, quelques portes plus loin, chez une voisine, paysagiste renommée. A huit reprises, la psychothérapeute et son mari retrouvent Ozzy avec un collier muni d’un médaillon avec les mots «ma maison» et... le numéro de téléphone de la voisine. La paysagiste, prise d’affection pour le chat qui trouvait chez elle le gîte et le couvert, s’est défendue en affirmant qu’elle ne faisait rien de mal et que l’animal était un être doué de sensibilité. Les propriétaires ont pris un avocat pour chercher à interdire à leur voisine de nourrir le chat, lançant une bataille judiciaire coûtant aux deux parties au total plus de 20.000 livres (23.500 euros). Après plusieurs années, elles ont fini avant Noël par trouver un accord légalement contraignant, selon lequel la paysagiste accepte de limiter ses interactions avec le chat. 

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc