×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Terrorisme: Front uni du G5 Sahel et de la France

    Par L'Economiste | Edition N°:5676 Le 15/01/2020 | Partager

    Confrontés à une escalade des attaques terroristes, les présidents de cinq pays sahéliens et Emmanuel Macron ont convenu de renforcer leur coopération militaire. Comme le leur réclamait le président français, les dirigeants des pays du G5 Sahel qu’il avait conviés en début de semaine à Pau (sud-ouest de la France) ont signé une déclaration commune où ils ont exprimé le souhait de la poursuite de l’engagement militaire de la France au Sahel. Une réponse très attendue par Paris à la montée du sentiment anti-français en particulier au Mali et au Burkina.

    Lors de leur conférence de presse commune lundi soir, ces derniers n’ont cependant fait aucun commentaire sur le sujet. Les participants ont aussi convenu des évolutions stratégiques. Ils comptent augmenter les efforts de formations des armées du Sahel et ont appelé tous les pays et partenaires souhaitant contribuer à participer à une «Coalition pour le Sahel».

    Alors que les Etats-Unis envisagent un désengagement de leurs troupes en Afrique, les pays du G5 Sahel ont aussi «exprimé leur reconnaissance à l’égard de l’appui apporté par les Etats-Unis et ont exprimé le souhait de sa continuité». Pour démontrer la détermination de la France, Emmanuel Macron a annoncé l’envoi de 220 hommes supplémentaires, qui viendront renforcer les troupes françaises de Barkhane, déjà fortes de 4.500 hommes.

    La rencontre s’est tenue au lendemain de l’annonce des pires pertes subies par l’armée nigérienne jeudi dernier dans une attaque: 89 soldats tués, dans le camp de Chinégodar, près du Mali. Selon l’ONU, plus de 4.000 personnes ont été tuées dans des attaques terroristes en 2019 au Burkina Faso, au Mali et au Niger. Un nouveau sommet associant les Etats du G5 Sahel et la France se tiendra en juin 2020 à Nouakchott.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc