×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Mobile money: Inwi revendique déjà 140.000 clients

    Par Amin RBOUB | Edition N°:5676 Le 15/01/2020 | Partager
    4 mois après son lancement, la filiale enregistre 7 millions de transactions
    Un maillage national opérationnel sur 533 villes et localités
    mobile-money-inwi-076.jpg

    «Payer ses achats via son téléphone offre de multiples avantages. Le porte-monnaie électronique permet d'apporter des réponses multiples, rapides et personnalisées avec l'instantanéité des transactions à des coûts insignifiants», explique Nicolas Lévi, CEO Inwi Money (Ph. IM)

    Premier bilan d'étape de la filiale Inwi spécialisée dans le mobile money. Depuis son lancement le 3 septembre 2019, Inwi Money multiplie les sorties et les annonces sur son offre et ses solutions. Un exercice pédagogique certes, mais dont les retombées sont déjà palpables 4 mois après la création de cette filiale.

    Chiffres à l'appui, l'entreprise dédiée au paiement électronique revendique déjà 140.00 clients et autant de portefeuilles électroniques (M.Wallets). Ce qui représente plus de 7 millions de DH de transactions enregistrées depuis septembre dernier (4 mois) dans près de 400 points de vente.

    Plus encore, ce sont des clients  actifs qui représentent l'ensemble du Maroc, avec plus de 533 villes et localités de différentes régions. Certes, les proportions des clients sont plus importantes dans les grandes agglomérations (Casablanca, Rabat, Marrakech, Tanger...), mais elles comptent également une bonne part de la clientèle issue du milieu rural.  

    «Ces premiers indicateurs sont encourageants. Ils valident et confortent la stratégie de l'inclusion financière. De plus, ils démontrent chiffres à l'appui l'engouement et l'appétence des Marocains pour nos offres. Cela reflète aussi notre capacité d'innovation et d'agilité pour anticiper sans cesse les attentes de nos clients et insuffler une réelle dynamique sur ce nouveau secteur du mobile money», explique Nicolas Lévi, CEO Inwi Money. Tout le défi est de capitaliser sur ces acquis, avec l'extension des usages auprès du plus grand nombre possible afin de stimuler l'adhésion populaire et l'accélération des usages.

    «Tout au long de 2020, notre principal challenge consiste à développer une offre de paiement électronique viable, à forte valeur ajoutée et qui pourra susciter l'adhésion par le maximum de nos clients afin de favoriser l'inclusion financière», tient à préciser Nicolas Lévi.

    C'est dans cet esprit de nouvelles offres et de déploiement de solutions à plus grande échelle que Inwi vient de signer un partenariat stratégique avec le groupe Marjane. Une opération qui ratisse large auprès de l'ensemble du réseau des magasins, tous formats confondus: Marjane, Marjane Market et Acima. Ainsi, Inwi démarre l'année 2020 avec une innovation et inaugure le réseau de distribution du paiement électronique à l'échelle de l'ensemble du pays, toutes régions confondues.

    Dès fin janvier, l'opérateur compte généraliser le M-paiement sur l'ensemble des magasins du groupe Marjane. Désormais les consommateurs et les ménages ont une alternative de payer les courses, remplir le caddy avec cette solution de paiement. D'autres conventions sont programmées, notamment avec une enseigne de distribution qui a un maillage dense dans les quartiers ainsi que des points de vente dans le commerce de proximité. 

    L'objectif pour Inwi est d'arriver à 1 million de clients à l'horizon 2021 en recrutant au fur et à mesure, au moins un actif sur trois tous les mois. Pour accélérer le déploiement et co-construire l'écosystème, Inwi compte signer des partenariats avec des banques et des sociétés de transfert.
    Un moyen de sensibiliser la population, vulgariser la technologie et accélérer les usages vers l'ensemble des catégories sociales, a fortiori tous ceux qui sont exclus du système financier classique.

    Un think tank et des recommandations

    Depuis le lancement da la filiale Inwi Money, l'opérateur télécoms a initié des cycles de conférences avec des experts, sous la houlette d'un think tank baptisé «Digital Act». Hier mardi 14 janvier, ce collectif de réflexion a dressé le bilan ainsi que les enjeux du mobile money. «Parmi les multiples leviers, il y a l'inclusion financière, la transparence, la traçabilité, les opportunités dans la micro-finance, la micro-assurance, le micro-crédit ou encore l'E-commerce et le M-commerce... C'est un nouveau modèle économique qui s'annonce avec le commerce numérique», résume Mohamed Douyeb, fondateur du think tank. Digital Act a également livré des recommandations: «l'assouplissement du cadre réglementaire, l'élargissement du cercle d'acteurs avec de nouveaux entrants (PME, Fintech, start-up...), la multiplication de synergies et de complémentarités entre acteurs, la promotion et la vulgarisation des usages, l'appétence, la promotion de l'éducation financière, la disponibilité de solutions technologiques, la compétitivité d'offres à bas coûts, le désenclavement des territoires et zones dites blanches... Ou encore des services à forte valeur ajoutée. Ce qui passe forcément par l'élargissement du réseau de distribution et de partenaires», résume Rajae Bensaoud, cofondatrice du think tank Digital Act.

    Amin RBOUB

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc