×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Analyse

    Câpres: Le Maroc 1er exportateur mondial… avec du vrac

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5665 Le 30/12/2019 | Partager
    La production varie entre 20.000 et 28.000 tonnes par an
    La culture industrielle marque le pas sur la spontanée
    capres-export-065.jpg

    Le Maroc valorise peu ses câpres dont il est le premier exportateur mondial. Sur les 9 premiers mois de 2019, l’export en vrac (fûts) a représenté 87,7% du total contre 12,3% pour l’emballage en boîtes et autres récipients hermétiques

    Le Maroc est le premier pays producteur-exportateur de câpres, avec une longue tradition dans ce secteur. La collecte des câpres et leur exportation sur le marché français a commencé vers 1920. Les plus anciennes plantations traditionnelles du câprier se trouvent dans les régions de Taounate, Safi et Taroudant.

    Actuellement, le câprier est rencontré au Maroc soit à l’état spontané (14.000 ha), soit en culture industrielle (environ 20.000 ha). Les principales régions de production demeurent Fès, Taounate, Marrakech et Safi. Le volume global varie entre 20.000 et 28.000 selon les années.

    La variation dépend surtout de la production issue des cultures spontanées et de la disponibilité des paysans à procéder à sa collecte. Par année de sécheresse, cela constitue un complément de revenu appréciable pour les petits agriculteurs.

    La quasi-totalité de la production  est exportée. La consommation locale est inférieure à 1%. Elle est surtout écoulée au niveau des magasins de grande surface et de l’épicerie fine.  L’export se fait sur une cinquantaine de pays à travers le monde, mais les principaux clients du Maroc sont la France, l’Espagne et l’Italie.

    A partir de ces trois pays, les câpres marocains, importés en vrac (87% du total à fin septembre 2019), sont reconditionnés et réexportés sur d’autres destinations avec d’autres étiquettes et labels. C’est dire la valeur ajoutée profitant aux industriels européens. Pourtant, ce n’est pas l’outil qui fait défaut. A titre d’exemple, le volume exporté en 2018 s’est élevé à 27.000 tonnes dont 44,4% sous forme d’emballage directement consommateur. 

    La transformation des câpres se fait pour une grande part dans une trentaine d’unités industrielles situées à Fès, Casablanca, Safi, et Marrakech, et pour une moindre proportion par une dizaine de coopératives implantées à Fès, Meknès et Safi.

    La plupart des usines de conserve de fruits et légumes sont équipées pour traiter les câpres, si les conditions d’approvisionnement en matière première et de marché sont réunies. La taille des unités est très variable, mais une seule entreprise (Marocâpres) détient près de 50% du marché.

    Les principales préparations concernent, par ordre décroissant: les câpres en saumure, au vinaigre, et au sel sec. Le processus de production est relativement simple et consiste en un tri manuel suivi d’un calibrage, d’un lavage, de la mise en saumure en fûts pendant 2 à 3 mois (maturation), et du conditionnement des produits finis.

                                                                           

    Fruits et légumes surgelés: Forte diversification

    fruits-et-legumes-surgeles-065.jpg

    L’activité de surgélation est assez récente au Maroc. Elle a démarré au début des années 1980 avec un seul produit, l’haricot vert. Aujourd’hui elle est en plein essor avec une gamme diversifiée.

    Parmi les légumes surgelés figurent notamment: l’haricot vert, les tomates entières ou en morceaux, les champignons, les truffes, les asperges, les endives, les brocolis, les poivrons, les oignons, les choux fleurs, les mélanges de légumes pour couscous et pour ratatouille ainsi que les artichauts.

    La même diversification a gagné le secteur des fruits surgelés dont les exportations concernent toute une panoplie de produits tels, les fraises, les oreillons d’abricots, les clémentines, les tranches d’oranges, les cerises, les framboises, les mûres, le citron...

                                                                           

    Jus: Recours de plus en plus à l’import du concentré

    jus-dorange-065.jpg

     

    L’émergence du secteur agrumicole remonte  au début des années 1930. Dès le départ, ce secteur a été orienté vers l’export. La transformation en jus est apparue plus tardivement, à partir des années 70, et a été créée pour absorber les excédents de production et les écarts de triage.

    La production de jus a alors été essentiellement orientée vers l’export, mais petit à petit la politique de transformation des excédents a atteint ses limites, les excédents d’agrumes étant mieux valorisés localement par la consommation de bouche.

    Aujourd’hui, l’industrie produit du jus essentiellement pour le marché national et accessoirement pour l’export. Cette dernière activité voit son développement entravé par une forte concurrence sur le marché international. Ainsi que par  la politique de soutien des prix agricoles en Europe.

    Les écrasements portent sur  près de 100.000 tonnes d’agrumes et participent fortement à la valorisation des écarts à travers l’augmentation de leur prix de cession et à travers la production de jus. L’exportation de jus et concentrés d’agrumes représente actuellement quelque 5.000 tonnes. Le pays compte une douzaine d’usines dont seulement quatre produisent des jus, les autres importent des concentrés et procèdent à leur dilution.

    L’offre marocaine est constituée, du mois de mars au mois de septembre, du pur jus issu des oranges tardives. A cela s’ajoute et durant toute l’année une panoplie de produits fabriqués et exportés à partir d’agrumes ou d’autres fruits tels les pommes, les abricots, ananas, etc.

    A.G.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc