×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5615 Le 16/10/2019 | Partager

    ■ L’ONU se met au régime sec pour cause de crise

    onu_regime_cari_015.jpg

    Escalators arrêtés, bar des diplomates fermé à 17h, chauffage baissé... La crise de trésorerie à l’ONU, l’une des pires depuis dix ans, a entraîné une série de mesures détaillées vendredi par l’Organisation. «On n’a vraiment pas le choix», a commenté lors d’une conférence de presse Catherine Pollard, une haute responsable chargée de la gestion de l’ONU. L’enjeu prioritaire? Pouvoir payer les prochains salaires des quelque 37.000 employés du secrétariat de l’Organisation. Enumérées dans une lettre du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres aux chefs de service obtenue par l’AFP, les décisions incluent des restrictions de voyages, des suppressions de réceptions, des limites aux embauches, moins de documents, de compte-rendus, de traductions, et la fermeture de fontaines d’eau. En début de semaine, l’ONU avait agité le chiffon rouge sur son problème de trésorerie: il manque 1,387 milliard de dollars en 2019 à l’ONU pour boucler son budget de fonctionnement dû à des retards de paiement d’une soixantaine d’Etats membres. Sept pays débiteurs représentent à eux seuls 90% de ce trou: les Etats-Unis (1,055 milliard de dollars), le Brésil, l’Argentine, le Mexique, l’Iran, Israël et le Venezuela.

    ■ Un grand peintre insolite en exposition à Paris
    Pour la première fois, Paris consacre au Greco une grande exposition au Grand Palais, rendant un hommage dû depuis longtemps à un peintre parmi les plus géniaux et novateurs de la peinture ancienne. Quelque 70 de ses près de 300 oeuvres connues sont exposées jusqu’au 10 février. L’occasion de cette exposition s’est présentée quand The Art Institute of Chicago a proposé de prêter le grand tableau L’assomption de la Vierge. Puis d’autres prêts prestigieux notamment des Etats-Unis se sont présentés. Des musées et des collections privées ont livré des chefs d’oeuvre, certains rarement vus. C’est au Grand Palais plutôt qu’au Louvre que l’exposition a été accueillie en raison de la hauteur des plafonds. Un moratoire sur les prêts d’oeuvres à l’étranger a empêché le musée du Prado de prêter trois tableaux. Ce peintre insolite et baroque, pétri par la Ccontre-réforme, fascina Picasso et les avant-gardes, leur donnant des inspirations dans leur désobéissance à l’académisme. On retrouve notamment chez Cézanne des proximités étonnantes (Baigneurs, la Dame à l’Hermine, etc). Il a été injustement méconnu pendant deux siècles à l’époque du classicisme. Il est aujourd’hui justement redécouvert et reconnu comme un inventeur osant les reflets et miroitements, les contorsions de corps les plus incroyables. Un cubiste parfois, un fauve ailleurs.
    Quand ici un bras, là une jambe s’étire, échappant aux bonnes proportions, cela ne nuit en rien. Notamment dans ses grandes toiles aux figures allongées qui sont sa signature la plus connue.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc