×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Cycle de Symore: Développez l’autonomie de vos salariés!

    Par Karim Agoumi | Edition N°:5604 Le 01/10/2019 | Partager
    cycle-de-symore-004.jpg

    Récent au Maroc, le cycle de Symore permet de diagnostiquer la phase d’autonomie dans laquelle se trouve le salarié pour l’aider par la suite à briser sa dépendance au manager. Un moyen pour les équipes de mieux progresser et de gagner en compétitivité (Ph. Exelio)

    Développer l’autonomie de ses salariés et les faire progresser en brisant progressivement leur dépendance au manager. C’est le concept à la fois original et intéressant du cycle de l’autonomie de Katherine Symore. Une démarche récente sous nos latitudes qui consiste à diagnostiquer la phase précise dans laquelle se trouve l’employé afin qu’il réussisse le passage à la suivante. Partez à la découverte d’un outil de conduite du changement particulièrement efficace et innovant grâce à Hicham Bel Bachir, coach d’organisation et DG du cabinet Target Autonomy.

    ■ Un outil pour diagnostiquer le niveau d’autonomie du salarié
    Le cycle de Katherine Symore  est un outil de conduite du changement et de conscientisation créé par l’analyste transactionnelle américaine du même nom dans les années 1970. Transposé au monde de l’entreprise, il décrit la relation du salarié par rapport à ses supérieurs et permet par la suite d’identifier la phase précise d’autonomie dans laquelle se trouve le collaborateur ou l’équipe.
     

    hicham_bel_bachir_004.jpg

    Hicham Bel Bachir est coach d’organisation et DG du cabinet de coaching et de formation Target Autonomy. Analyste transactionnel et certifié en process communication, il utilise régulièrement le cycle de Katherine Symore  auprès de ses clients (Ph. HB)

    L’avis du spécialiste: Le cycle de l’autonomie comporte dans un premier temps une phase de dépendance au sein de laquelle le salarié a besoin de ses supérieurs pour obtenir ce qu’il souhaite. Dans le contexte professionnel, il peut s’agir par exemple de la phase de formation d’un junior récemment embauché, durant laquelle il ne sera pas mis en contact direct avec des clients ou n’aura pas de responsabilité budgétaire. L’étape suivante, dite de contre-dépendance, est celle de la rébellion ou du rejet en bloc de ses supérieurs hiérarchiques. Il peut s’agir du moment où ce même jeune embauché prend ses premières responsabilités. Le salarié accède ensuite à l’indépendance. Une phase importante au cours de laquelle l’individu devient responsable de ses actions et de ses résultats, n’ayant par la même occasion plus besoin de l’autre. Enfin, l’interdépendance consiste pour le travailleur à combiner ses actions et son énergie avec ceux de ses pairs pour garantir de meilleurs résultats. L’employé acquiert alors l’esprit d’équipe et apprend à s’appuyer sur les compétences de ses collègues.

    ■ Un moyen efficace de faire progresser les équipes
    Cette démarche permet aux managers de faire progresser leurs salariés et de les amener à se réaliser pleinement dans leur fonction au service de l’entreprise. Un moyen d’augmenter sensiblement leur autonomie et d’accompagner comme il se doit le changement des équipes. Le salarié gagne au final considérablement en compétitivité et en productivité.
    L’avis du spécialiste: Un salarié autonome pourra davantage libérer sa puissance créatrice. Il prendra plus d’initiatives tout en soignant sa relation avec ses pairs. Plus engagé et responsable, l’employé deviendra ainsi autrement plus productif.

    interdependance_004.jpg

    ■ Une application concrète en entreprise
    Par le biais de cet outil de diagnostic, le manager identifie dans un premier temps la phase du cycle dans laquelle se trouve le salarié. Briefé par un coach, il doit ensuite adopter la bonne posture en fonction du stade de chaque collaborateur. Lors de l’étape de la dépendance, il lui est par exemple conseillé de rassurer l’individu sur le côté normal de la situation. Ainsi, répondre à ses angoisses et à ses interrogations s’avère efficace, sans pour autant rentrer dans l’infantilisation. Par ailleurs, lors de la phase de contre-dépendance, le manager peut encourager ses collaborateurs à vivre leurs propres expériences tout en rappelant les règles de base permettant au groupe de fonctionner.
    L’avis du spécialiste: En suivant les conseils avisés d’un coach spécialisé en entreprise, le manager identifie l’étape dans laquelle se trouve son équipe ou son collaborateur. Comprenant davantage ses ressentis et ses réactions, il agira en conséquence pour que l’employé réussisse son passage à la phase suivante. Une démarche portant l’appellation de «deuil». 

    ■ Un outil récent au Maroc
    Le cycle de Symore existe depuis quelques années au Maroc. Cet outil séduit beaucoup d’entreprises, de plus en plus conscientes de l’importance d’accompagner leurs salariés dans le changement.
    L’avis du spécialiste: Le cycle de l’autonomie est un classique du coaching. D’ailleurs plusieurs coachs y ont recours dans l’exercice d’accompagnement qu’ils proposent aux entreprises.

    Karim AGOUMI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc