×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    La SCR cherche sa voie hors des frontières

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5600 Le 25/09/2019 | Partager
    Objectif à terme, 2/3 du chiffre d’affaires à l’international
    Des bureaux opérationnels à Abidjan, le Caire et Kigali
    Le réassureur semble avoir digéré la rupture de la cession légale
    youssef-fassi-fihri-00.jpg

    Pour accélérer le développement à l'international, «il faut trouver des possibilités pour aller vers une notation au dessus de la note souveraine et avoir plus d'options pour les placements», estime Youssef Fassi Fihri, directeur général de la SCR (Ph Jarfi)

    Lorsque vous perdez le contrôle sur plus de 2/3 de votre chiffre d'affaires, le risque de disparition est élevé. La fin de la cession légale aurait pu plonger la Société Centrale de Réassurance, voire la condamner mais, le réassureur a su résister à la disparition de ce qui constituait alors sa principale source de revenu, l’équivalent de 4 milliards de DH.

    Pour rebondir, il s’est attaqué à ses faiblesses pour rester compétitif. «Nous avons amélioré nos prestations de services. Nous réalisons un baromètre de satisfaction client tous les six mois et travaillons sur un processus d'engagement service», assure Youssef Fassi Fihri, directeur général de la SCR. En outre, le réassureur s'est entouré de nouveaux talents pour conduire son plan de transformation «Strong».

    Des talents de diverses origines, complète Youssef Fassi Fihri. «Lorsque j’ai démarré, nous avions une seule nationalité à la SCR, maintenant, nous en avons sept». L'effectif atteint 130 personnes dont une douzaine d'actuaires et une quinzaine d'ingénieurs.

    roe_00.jpg

    Le plan de transformation du réassureur vise à inverser la structure actuelle de ses revenus. A terme, l'objectif est de relever le poids de l'international à 2/3 du chiffre d’affaires

    En 2018, le réassureur marocain a dégagé un bénéfice de 300 millions de DH pour un chiffre d’affaires de 2 milliards de DH. Les primes émises dans le cadre du Gentleman Agreement signé avec les compagnies se sont limitées à 544 millions de DH. Globalement, les affaires conventionnelles marocaines ont généré un revenu de 1,5 milliard de DH. La contribution de l’international s’est établie à 444 millions de DH, soit 23% des revenus du réassureur. Le plan de transformation en cours de préparation vise à inverser cette structure du chiffre d'affaires.

    A terme, l'objectif est de relever la part de l'international à 2/3 des revenus, confie le directeur général. La SCR a installé des bureaux à Abidjan, au Caire et à Kigali. Son développement à l’international passe aussi par la prise de participation dans le capital d’un certain nombre de réassureurs. Elle a acquis 20% de Sen Re, 5% du libanais ArabRe et 2% du nigérian AfricaRe. Le réassureur a par ailleurs mandaté une banque d’affaires pour lui chercher d’autres opportunités en Afrique et au Moyen-Orient.

    reassureurs_00.jpg

    Pour accélérer son expansion, la SCR doit entre autres améliorer son rating. «Le combat le plus difficile pour un réassureur de notre taille est de trouver des mécanismes pour disposer d'un rating favorable », concède Fassi Fihri. L’objectif est d’avoir une note au-dessus du souverain. Actuellement, la Société Centrale de Réassurance est notée AAA par Fitch sur le marché marocain mais, sa notation auprès de AM Best (l’agence de notation de référence du secteur des assurances) est B++.

    Pour passer à l’étage supérieur, «il faut trouver les possibilités d’aller vers la notation qu’on recherche et avoir plus d'options pour les placements», indique le management du réassureur marocain. Pour lui, la SCR dispose actuellement d'une belle fenêtre de tir pour se développer en Afrique et au Moyen-Orient.

    En attendant, les risques émergents notamment le risque d'image et le cyber risque ouvrent des opportunités de développement du business pour les réassureurs. Sur le cyber risque, la SCR élabore avec deux assureurs une solution mass market destinée aux PME.

    Par ailleurs, le réassureur travaille sur la mise en place de nouvelles lignes de métier, notamment sur la violence politique. «Il y a de l'appétit pour des entreprises qui se déploient dans certains pays de se prémunir contre ce type d'événement», relève le patron de la SCR. Le réassureur veut aussi développer son expertise sur les garanties financières qui sont accordées sur les projets immobiliers en Afrique de l'Ouest notamment.

    Le Maroc présidera la Fair pendant 2 ans

    La Société Centrale de Réassurance (SCR), filiale du groupe CDG, est l’hôte de la  26e conférence de la fédération afro-asiatique d’assurance et de réassurance (Fair) tenue à Marrakech du lundi 23 au mercredi 25 septembre. Son directeur général, Youssef Fassi Fihri, a été élu à la présidence de la fédération pour un mandat de deux ans. Cette association regroupe 245 membres. Elle a la particularité de réunir opérateurs de pays émergents ayant les mêmes problématiques économiques et donc, capables d’élaborer des solutions adaptées dans plusieurs domaines: agriculture, santé, risque politique, etc. La fédération afro-asiatique d’assurance et de réassurance est organisée en pools: Aviation, pilotée par la SCR, «Catastrophes Naturelles», géré par le réassureur indien GIC Re, «Non-Vie» géré par le groupe turc Milli Re et le pool «Energie & Pétrole» piloté par le réassureur Trust du Bahreïn.

    F.Fa

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc