×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossier Spécial

    Classement de Shanghai: Qui détrônera les universités américaines?

    Par Karim Agoumi | Edition N°:5589 Le 10/09/2019 | Partager
    Harvard et Stanford occupent toujours les premières places
    La France reste la 6e nation et change sa meilleure université
    classement_shanghai_089.jpg

    Le cru 2019 du prestigieux classement de Shanghai place les universités américaines et anglo-saxonnes en tête. Les trois premières places du palmarès sont ainsi respectivement occupées par Harvard, Stanford et Cambridge. La France, quant à elle, voit sa meilleure université – La Sorbonne – se faire détrôner par Paris-Sud.

    Le cru 2019 du célèbre classement de Shanghai des 1.000 meilleures universités mondiales a encore fait beaucoup de bruit cet été. Comme à l’accoutumée, le palmarès, qui fait la part belle à la recherche, est largement dominé par les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

    Quant à la France (de laquelle s’inspirent les réformes marocaines), sa meilleure université change et le pays se hisse à la 6e place mondiale. Le nouveau ranking publié en août dernier par l’Academic Ranking of World Universities (ARWU) – une société chinoise issue de l’université Jiao-Tong – place en tête de liste les universités américaines et anglo-saxonnes.

    Ainsi, Harvard conserve son leadership devant Stanford et Cambridge. Le top 10 est par ailleurs complété par Massachusetts Institute of Technology (MIT), l’Université de Californie (Berkeley), Princeton, Oxford ainsi que Columbia. Que des usines à prix Nobel.

    La France, quant à elle, a cette année près de trois de ses universités dans le top 100. Ainsi, Paris-Sud gagne pas moins de 5 places et se classe 37e mondiale, suivie de la Sorbonne Université et de l’Ecole Normale Supérieure Paris qui ont respectivement perdu 8 et 15 places. Autre nouveauté de cette saison, l’entrée de l’Université Grenoble-Alpes dans les 150 premiers, où figurent déjà les universités d’Aix-Marseille, de Strasbourg et de Paris-Diderot.

    Un palmarès qui distingue également le monde arabe et le Moyen-Orient. Ainsi, le classement inclut pas moins de quatre universités saoudiennes et près d’une douzaine d’établissements turcs. L’université américaine de Beyrouth et celle de Khalifa y sont également présentes. De son côté, l’Iran est parvenue à placer pas moins de 13 de ses meilleures universités dans cette cuvée.

    Un ranking dans lequel n’apparaît pas le Maroc cette année. Pourtant, bon nombre de pays africains parmi lesquels l’Egypte, le Nigeria, la Tunisie ou encore l’Afrique du Sud sont parvenus à placer quelques unes de leurs plus brillantes universités.

    Côté critères, les établissements participants sont classés en fonction du nombre de prix Nobel et de médailles Fields décrochés par les anciens élèves et les professeurs, mais également suivant le nombre de chercheurs les plus cités au sein de leur discipline. Le nombre de publications dans les revues scientifiques Nature et Science et la performance moyenne des enseignants sont aussi pris en considération.

    Karim AGOUMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc