×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossier Spécial

    Prêt étudiant: La bataille sur le marché des jeunes passe par là aussi

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5589 Le 10/09/2019 | Partager
    Une clientèle stratégique pour l’avenir
    L’offre se développe mais se limite à quelques banques
    Certains prêts sont garantis jusqu’à 60% par la CCG
    pret-etudiants-089.jpg

     Pour les banques, les étudiants constituent une clientèle stratégique pour l’avenir, raison pour laquelle elles innovent pour attirer cette population. Mais, le volet financement dans le dispositif d’accompagnement de ces prospects est peu développé (Ph. L’Economiste)

    Une fois l’euphorie de l’obtention du baccalauréat passée, il y a un casse-tête à résoudre pour les bacheliers et leurs parents, celui du financement des études. C’est une dépense de plus en plus coûteuse, qui nécessite pour certains parents des sacrifices importants. Pour ceux qui s’y sont pris tôt en épargnant pour financer les études supérieures de leur progéniture, les interrogations sont ailleurs.

    Pour le reste, emprunter reste l’une des options les plus intéressantes, à condition de s’adresser au bon guichet et d’avoir les bonnes informations. Dans la précipitation, certains parents peuvent recourir à un crédit à la consommation classique pour réaliser le projet de leurs enfants.

    Or, certains mécanismes publics permettent d’emprunter à des taux compétitifs. Le Fonds Enseignement Plus (géré par la Caisse Centrale de garantie) garantit des prêts étudiants pour des jeunes marocains âgés d’au plus 25 ans inscrit dans un établissement d’enseignement privé reconnu par l’Etat dans une dizaine de filières (Economie et finance, architecture, santé, classes préparatoires, expertise comptable, gestion des entreprises…).

    La garantie de la CCG qui représente jusqu’à 60% du montant du prêt permet de réduire sensiblement le coût pour les emprunteurs. Le Fonds couvre le financement des frais d’inscription et ou de scolarité d’un montant maximal de 250.000 DH, soit un plafond annuel de 50.000 DH. Ce prêt est accordé sur une durée maximale de 12 ans avec la possibilité de bénéficier d’un différé maximum de 6 ans.

    Autrement dit, certains profils pourraient ne commencer à rembourser qu’une fois entrés dans la vie active. Toutes les banques ne proposent pas cette offre d’où l’intérêt de bien se renseigner. Au-delà du montant garanti par la CCG, BMCE Bank of Africa propose un crédit complémentaire pour financer le reliquat des frais de scolarité et d’autres charges. Ce prêt est plafonné à 250.000 DH et est remboursable sur une durée d’au plus six ans. Pour les études à l’étranger, le montant du crédit est plafonné à 200.000 DH.

    Partenariat entre des universités et des banques

    Certains établissements comme l’Université Internationale de Rabat (UIR), HEM ou encore l’Université Al Akhawayn ont développé des partenariats avec les banques et la Caisse centrale de garantie. Le partenariat entre la CCG et l’UIR couvre le financement de la formation initiale (60.000 DH par année d’études) et continue (50.000 DH par année).

    Le délai de remboursement pour la formation initiale est plafonné à 12 ans dont un différé pouvant atteindre 7 ans. Ce prêt est assorti d’un taux d’intérêt de 4% hors TVA. Mais ici, la caution d’un parent ou d’un tuteur est exigée. L’accord entre le groupe BP et l’école HEM et l’Université Al Akhawayn prévoit le financement des étudiants qui s’y inscrivent. Les prêts peuvent atteindre 100.000 DH pour ce cycle normal à HEM et 240.000 DH pour le Bachelor et le Master à Al Akhawayn. Le remboursement peut s’étaler sur 15 ans.

    Pour les banques, les étudiants constituent une clientèle stratégique pour l’avenir, raison pour laquelle elles innovent pour pénétrer ce marché. La Société générale par exemple peut financer jusqu’à 100% des frais de scolarité et dans une moindre mesure le coût de la vie estudiantine.

    Avec son produit Bank-In, l’emprunteur peut bénéficier d’une franchise partielle de remboursement, c’est-à-dire qu’il ne remboursera que les intérêts durant les années d’études et le capital lorsqu’il entrera dans la vie active. Pour cette offre, la caution d’une ou plusieurs personnes est recherchée, en priorité celle des parents. Lorsque ces derniers ne peuvent pas l’apporter, la caution d’un proche résident au Maroc peut être acceptée.

    D’autres banques comme la BMCI ou encore Crédit du Maroc n’ont pas de produits spécifiques dédiés au financement des études, mais accompagnent les étudiants sur d’autres volets, en proposant par exemple des produits et services bancaires adaptés à cette clientèle, surtout à des coûts réduits.

    Pour les étudiants qui poursuivent leurs études à l’étranger, BMCI ne facturera pas de frais de virement vers le compte de l’étudiant à l’étranger. L’ouverture d’un compte à BNP Paribas (maison mère de BMCI) devrait aussi assurer quelques avantages comme une caution locative jeun’Appart pour faciliter l’installation de l’étudiant.

    De son côté, Crédit du Maroc met également à la disposition des parents un ensemble de solutions pour faciliter l’installation et le transfert d’argent à leurs enfants qui étudient à l’étranger. Les étudiants qui s’installent en France et qui décident d’ouvrir un compte dans l’une des agences du groupe Crédit Agricole seront équipés en produits et services de banque au quotidien (carte bancaire, découvert de 400 euros, alertes SMS et consultation de compte sur internet…) pour 1 euro par mois.

    Au Maroc, en souscrivant au pack Mozaic free, les étudiants bénéficieront des services de banque au quotidien gratuitement.

    F.Fa

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc