×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    L’Italie trouve un accord gouvernemental

    Par L'Economiste | Edition N°:5582 Le 30/08/2019 | Partager
    Une majorité entre les sociaux-démocrates et les Cinq Etoiles
    Croissance, investissements, préoccupation des jeunes… au programme
    italie_gouvernment_082.jpg

    Le nouveau gouvernement devra gérer une situation économique difficile

    En Italie, le Premier ministre sortant, Giuseppe Conte, a accepté de former un gouvernement basé sur une majorité inédite entre les sociaux-démocrates et les inclassables Cinq Etoiles. Le président du Conseil démissionnaire a accepté la charge que lui a confiée le président Sergio Mattarella, «avec réserve».

    Une formule de rigueur en attente de la prestation de serment du gouvernement dont la composition devra être validée par le chef de l'Etat. Juste après avoir rencontré ce dernier, Conte a annoncé vouloir bâtir avec le Mouvement 5 Etoiles (M5S), fondé sur le rejet des vieux partis, et le Parti démocrate (PD), principale force de gauche, «un nouvel humanisme». Il a promis une relance de l'Italie qui doit aussi retrouver un rôle de premier plan en Europe. Bruxelles «compte sur l'active contribution de l'Italie au projet européen», selon une porte-parole.

    «Nous sommes dans une phase très délicate pour le pays et nous devons sortir au plus tôt de la période d'incertitude politique créée par la crise de gouvernement», a poursuivi Conte. La Bourse de Milan a bondi de 2% après son discours.

    Selon le système parlementaire italien, une fois son gouvernement investi, le Premier ministre sortant devra encore obtenir la confiance des deux Chambres du Parlement. Il va immédiatement consulter tous les groupes parlementaires et les forces politiques de la nouvelle majorité. Puis présentera sa liste de ministres au président dans les prochains jours.

    Dans son programme, Conte a parlé de relance de la croissance, d'investissements dans le Mezzogiorno, de préoccupation pour les jeunes qui quittent en masse ces régions et d'un développement compatible avec le respect de l'environnement. En revanche, pas un mot sur sa future politique à l'égard des migrants.

    L'Italie était plongée dans une grave crise politique depuis que le chef de la Ligue (extrême-droite) Matteo Salvini a fait éclater le 8 août l'alliance formée 14 mois plus tôt avec le M5S. Et ce, au motif que ce Mouvement lui opposait trop de refus sur les grandes infrastructures ou les baisses d'impôts. Salvini qui a appelé à une grande manifestation à Rome, le 19 octobre, avait surpris toute l'Italie en pleine torpeur estivale, réclamant au président des élections immédiates.

    F. Z. T. avec agences

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc