×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Moulay Yacoub: Un demi-milliard de DH pour réduire les disparités

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5568 Le 02/08/2019 | Partager
    Le fonds de développement rural finance 46% du montant
    Centres éducatifs, routes, électrification rurale… au menu
    moulay_yaacoub_068.jpg

    Le complexe socio-sportif de proximité accueille 300 bénéficiaires. Cet établissement est doté notamment d’un terrain de foot, une piscine et une salle d’aérobic... Il répond aux besoins des jeunes de la commune d’Aïn Chkaf (Ph. YSA)

    Moulay Yacoub est la province la plus pauvre de la région Fès-Meknès. Composée essentiellement de collectivités rurales, cette circonscription nécessite une «affirmative action» afin d’assurer un bel avenir pour ses jeunes et d’éviter les dérives de l’obscurantisme.

    En fait, la vulnérabilité, ajoutée à l’analphabétisme, au chômage et à l’absence d’opportunités d’emploi, constitue un cocktail Molotov auquel les services centraux font très attention. D’ailleurs, ces derniers priorisent l’insertion des jeunes et leur épanouissement ainsi que  l’appui des femmes en difficulté. L’ambition étant d’endiguer les phénomènes de société.

    L’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) a accordé un intérêt particulier à cette frange de la population. 14 ans après le lancement de l’initiative royale, le manque d’infrastructures est toujours flagrant, et ce malgré les efforts. Pour y remédier, les autorités de la province ont mis en place un programme visant à réduire les disparités spatiales et sociales pour un investissement global de l’ordre de 536 millions de DH. Etalé sur la période 2017-2023, celui-ci est supervisé par Noureddine Abboud, gouverneur de la province, en personne.

    Prioritaires dans son action, les chantiers de l’éducation, la santé ainsi que le désenclavement de la province, nécessiteront quelque 246 millions de DH. Ce montant, qui représente 46% des crédits alloués à la province, est financé par le Fonds de développement rural et des zones de montagne (FDRZM), avec une moyenne annuelle de 30 millions de DH sur 7 ans (2017-2023).

    Sur la même période, le Conseil régional Fès-Meknès consacre plus de 214 millions de DH à Moulay Yacoub. Plus de 90% des ressources financières de la région iront ainsi à l’aménagement des routes et pistes. Le reste (près de 20 millions de DH) financera des projets d’électrification et d’eau potable. Certes, ce montant (20 millions de DH) est faible vu la demande de la population.

    Mais pas de craintes, puisque l’INDH et l’Office national d’eau et d’électricité (ONEE) prennent en charge d’autres projets d’envergure. En détails, la première consacrera 67,24 millions de DH à la province. En plus des projets d’eau et d’électrification, l’Initiative royale prend en charge la réalisation de projets d’éducation, santé, et routes. Pour sa part, l’Office s’engage sur 8,4 millions de DH pour des projets concernant son champ d’intervention (eau et électricité).

    moulay_yaacoub_2_068.jpg

    L’école Bilal Bnou Rabah, sise à Douar Ouled Hassoune, a coûté près de 5 millions de DH pour sa réalisation. Financé par le FDRZM, ce projet accueillera 156 élèves, dont 50% de filles. «Ce projet permettra surtout de rapprocher l’école des élèves et d’alléger le taux d’encombrement par classe», explique Noureddine Abboud, gouverneur de la province (au centre) (Ph. YSA)

    La ventilation des projets montre que l’aménagement des routes et pistes raflera 54% du budget de la province (289,96 MDH). L’éducation arrive en 2e rang avec un montant de 181,3 millions de DH. Ensuite, la santé est 3e avec 35 millions de DH. Pour aller vite, les autorités de la province ont déjà programmé, au titre de 2019, 34 projets d’un budget global de 76,65 millions de DH.

    Ces projets concernent l’aménagement des routes et vicinalités (39%), l’éducation (32%), la santé (18%), l’eau potable (5%), et l’électrification rurale (6%). Signalons que le bilan de l’INDH fait état de la réalisation de 618 projets (entre 2005 et 2018) pour une bagatelle de 219,91 millions de DH. L’objectif de ces projets est d’améliorer les conditions de vie de la population. Renforcer les capacités des jeunes à travers la création des activités artisanales, culturelles et sportives n’est pas en reste.

    En ce sens, l’école et le complexe socio-sportif, inaugurés lundi dernier à l’occasion de la fête du Trône, renforce l’infrastructure scolaire et socio-sportive de la province. Dotée de 6 salles de classe, une salle multimédia, une bibliothèque et un terrain de sport, l’école Bilal Bnou Rabah, sise à Douar Ouled Hassoune, a coûté près de 5 millions de DH pour sa réalisation.

    Financé par le FDRZM, ce projet accueillera 156 élèves, dont 50% de filles. «Il permettra surtout le rapprochement de l’école des élèves et l’allégement du taux d’encombrement par classe», explique le responsable de la province. Il a été procédé, par la même occasion, à la remise des clés de deux bus de transport scolaire en faveur des communes d’Aïn Chkaf et Laâjajra dans le cadre du programme de rattrapage des déficits en infrastructures et services sociaux de base dans les territoires sous équipés au titre de l’année 2019. Ces bus ont été acquis (500.000 DH chacun) dans le cadre d’un partenariat entre l’INDH, la direction provinciale de l’éducation nationale et les communes concernées.

    Enfin, la commune d’Aïn Chkaf s’est dotée d’un complexe socio-sportif de proximité. Réalisé pour un investissement de 8,3 millions de DH, ce centre est le fruit d’un partenariat entre le ministère de la jeunesse et du sport et la collectivité territoriale d’Aïn Chkaf. Il est doté notamment d’un terrain de foot en gazon synthétique, une salle d’aérobic, une piscine, et de gradins. Ce complexe permettra ainsi d’assurer une animation sportive, l’éducation à la citoyenneté, et à l’esprit d’équipe.

    INDH: Déjà 400.000 bénéficiaires!

    Près de 400.000 personnes ont bénéficié des projets cumulés de l’INDH entre 2005 et 2018. Selon les responsables de la province, ces projets ont concerné 12 secteurs socio-économiques importants qui ont un impact direct sur les conditions de vie des citoyens, dont l’enseignement, les routes, les centres sociaux, les AGR, le sport et l’environnement. Signalons enfin que cette année, l’INDH financera des projets de développement et de désenclavement du monde rural à travers l’aménagement et le renforcement des pistes rurales, la lutte contre la déperdition scolaire à travers l’achat des bus de transport scolaire, la construction des salles de classes, et le renforcement des infrastructures de santé à travers l’équipement d’une maternité et l’achat d’une ambulance.

    De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc