×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Tanger: Le coup de pouce de Finéa aux TPME

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5539 Le 20/06/2019 | Partager
    La filiale du groupe CDG en roadshow dans les régions
    Elle présente ses financements adaptés aux différentes phases d’un marché

    Les responsables de la Finéa ont pris leur bâton de pèlerin et sillonnent, depuis lundi dernier, les principales villes du pays. Objectif, faire connaître les produits de cette filiale de la CDG auprès de son public cible, les très petites et moyennes entreprises, TPME. La première escale a été Tanger où un public très impliqué était au rendez-vous.

    En partenariat avec les banques, Finéa apporte aux entreprises à la conquête de la commande publique ou privée une gamme de produits adaptés aux différentes phases de réalisation d’un marché. Ils se matérialisent sous la forme de solutions de financement portant, notamment, sur la couverture des besoins en trésorerie (avances sur marchés nantis et cautionnement administratif).

    En effet «l’institution financière est gestionnaire du Fonds de garantie dédié à la commande publique (FGCP)», comme le rappelle Rachid Medarhri, directeur général adjoint à Finéa. Il s’agit d’un fonds mis en place dans le cadre de la stratégie de renforcement des mécanismes de financement des PME-TPE initiée par l’État.

    Il est destiné à faciliter l’accès au financement des PME-TPE adjudicataires de marchés publics ou parapublics répondant à certains critères d’éligibilité. Le fonds a été créé avec un apport initial de 100 millions de DH, constitué grâce à la contribution de l’État, de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) et de quelques institutions financières de la place.

    Sa gestion est confiée à Finéa depuis fin 2008. Il cible les entreprises réalisant un chiffre d’affaires annuel de moins de 50 millions de DH avec une structure financière équilibrée et un endettement maîtrisé, insiste Medarhri. Le plafond de garantie par entreprise atteint les 8 millions de DH avec une quotité pouvant atteindre les 60%.

    Les prêts éligibles à cette couverture sont ceux octroyés par la banque aux PME-TPE titulaires de marchés publics pour le financement des avances sur marchés nantis ou du cautionnement administratif, selon Finéa. L’institution a pu apporter 10,8 milliards de DH à 4.850 TPME en 2018. Elle propose également des services non financiers consistant en l’accompagnement et le conseil des TPME de manière à renforcer leur capacité de gestion et leur transparence.

    Ces initiatives interviennent dans le cadre du plan d’action Cap 22 de Finéa. Il vise à mobiliser un financement de 20 milliards de DH à l’horizon 2022, soit le double de ce qui a été atteint vers la fin du premier plan décliné sur la période 2013-2018 et ce au profit de plus de 2.000 entreprises.

    C’est dans cette optique que deux nouveaux produits verront prochainement le jour, ajoute le responsable de Finéa. Il s’agit en premier de Finéa Essor qui mettra à la disposition des TPME un crédit d’investissement destiné à renforcer leurs capacités opérationnelles dans le cadre de la réalisation de marchés publics ou privés. Le deuxième produit, baptisé Finéa Export, a été conçu pour accompagner financièrement les entreprises participant à des appels d’offres publics à l’étranger.

    A noter que le roadshow continuera son périple par Fès qu’il visitera ce 19 juin, Meknès, Marrakech, Laâyoune, Casablanca, Rabat, Oujda, pour finir par Agadir.

    Cartographie exhaustive des programmes

    Selon la Fédération du commerce et des services, l’un des premiers écueils qui se dressent est celui du financement. «Mais c’est aussi et très souvent le manque d’informations sur la disponibilité des outils d’aide et de financement qui est à pointer», selon Yassine Karim, vice-président de la Fédération du commerce et des services de la CGEM. Le patronat a décidé d'agir et s’est fixé l’objectif de faire une cartographie exhaustive de tous les programmes et outils d’accompagnement pour en faire un document de référence. Une initiative qui permettra de mieux faire connaître les mécanismes d’aide et de les rapprocher de ceux qui en ont le plus besoin.

    De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc