×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    La Banque mondiale soutient l’employabilité

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5525 Le 28/05/2019 | Partager
    Un don de 500 millions de DH pour soutenir l’inclusion des jeunes à Marrakech/Safi
    Les premiers bénéficiaires, les Neet et les femmes

    Une bouffée d’air pour les jeunes et pour l’employabilité dans la région de Marrakech/Safi. La Banque mondiale vient en effet d’approuver un don de 500 millions de DH (55 millions de dollars) pour appuyer les programmes d’amélioration de l’employabilité des jeunes dans les 7 provinces.

    Le Projet de soutien à l’inclusion économique des jeunes s’inscrit dans la continuité des programmes d’employabilité du gouvernement et entend promouvoir des solutions intégrées en s’appuyant à la fois sur des programmes adaptés aux attentes du marché du travail et sur des synergies renforcées entre parties prenantes-organes centraux, autorités locales et secteur privé. Sur le terrain,  le don servira à soutenir les entrepreneurs en herbe et investissements dans les entreprises locales opérant dans des chaînes de valeur prometteuses.

    Objectif : renforcer les capacités de la région à lutter contre le chômage et rapprocher les jeunes des débouchés économiques. Les premiers bénéficiaires du projet seront les Neet. Ces jeunes ni en éducation, ni en formation, ni en emploi (Not in Education, Employment or Training) qui sont dans la force de l’âge et malheureusement  totalement inactifs.  C’est ainsi que le projet interviendra sur deux axes.

    D’abord à travers des  « guichets uniques » pour offrir à ces jeunes des services d’orientation professionnelle et une formation continue dans les sept provinces de la région et dans la préfecture de Marrakech. Ces guichets seront gérés par l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (Anapec) afin d’identifier les synergies entre les programmes nationaux existants, le secteur privé et les autorités publiques concernées. Le deuxième axe sera piloté par le Centre régional d’investissement (CRI) à travers un soutien de l’écosystème entrepreneurial pour soutenir la création d’entreprises par des jeunes dans les filières à fort potentiel. 

    « Le caractère novateur de ce nouveau projet tient aux services de soutien qui seront proposés tout au long de son déploiement. En s’appuyant sur des programmes existants, à l’instar de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), il s’agit d’offrir aux jeunes des services de conseil mais aussi de les soutenir financièrement grâce à de petites subventions », précise Hind Kadiri, spécialiste senior du développement du secteur privé et co-chef d’équipe du projet.

    Conçu dans un premier temps pour la région de Marrakech/Safi, ce projet sera, à terme, déployé sur l’ensemble du territoire », indique Marie Françoise Marie-Nelly, directrice des opérations pour le Maghreb.

    1,68 million de Neet

    D’après le HCP, près du quart des 15-24 ans sont des Neet, soit plus de 1,68 million. La catégorie des 18-24 ans est celle qui en compte le plus, avec 53,5% parmi les filles (1,08 million) et 15,5% parmi les jeunes hommes (308.000). La Banque mondiale, elle, élargit ses calculs aux 15-29 ans. En considérant qu’environ 30% de cette tranche d’âge sont des Neet, l’institution les situe donc à presque 2,7 millions de personnes. Trop jeunes et très peu qualifiés, ils ont du mal à s’insérer sur le marché de l’emploi après avoir mis un terme à leur scolarité. Sur les plus de 1,68 million de 15-24 ans ni à l’école, ni en formation, ni en emploi, 78% sont des filles. Cela reflète la faible participation des femmes à l’emploi en général. En effet, seules 23,6% de la gent féminine en âge de travailler sont actives. Il est à  noter que ces statistiques sont beaucoup plus prononcées dans d’autres pays en développement et beaucoup moins élevées dans les pays développés.

    Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc