×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès/Tourisme: Jnane Sbil sur les traces du Jardin de Majorelle

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5517 Le 16/05/2019 | Partager
    Animation continue afin d'attirer touristes nationaux et étrangers
    Le projet est confié à la Fondation Esprit de Fès
    La place Boujloud et le Son et lumières également dans le pipe
    jnane_sbil_017.jpg

    S’étendant sur une superficie de 7,5 ha, ce cirque luxurieux est très riche en espèces fauniques et végétales. L’Ader lancera incessamment le rétablissement et la remise en marche de sa fameuse Noria, tout comme celle de Moulay Abdallah, pour un budget prévisionnel de 2 millions de DH (Ph. YSA)

    Très apprécié pour les promenades et les pique-niques, le parc Jnane Sbil sera animé en continu. C’est ce qui ressort d’une réunion tenue, jeudi dernier, sous la présidence du wali de la région, Saïd Zniber. Y ont pris part notamment Abderrafih Zouitene, Moulay Idriss Mdaghri Alaoui, Aziz Lebbar, Fouad Serrhini, Mostapha Bousmina, et Redouane Mrabet, respectivement les présidents de la Fondation Esprit de Fès, de l’Association Fès-Saïss, du CRT, de l’Ader, de l’UEMF, et de l’USMBA.

    Le mot d’ordre est de réfléchir «ensemble» sur un projet d’animation pour le jardin emblématique de la ville de Fès. La réactivation du site Son et Lumières ainsi que l’animation de la place Boujloud étaient également au centre des discussions.

    «Mais, commençons d’abord par le Jnane Sbil qui devrait accueillir au moins autant de touristes que le Jardin Majorelle de Marrakech!», appelle Aziz Lebbar, président du CRT de Fès. Même son de cloche auprès d’autres professionnels du tourisme pour qui «la ville de Fès dispose d’un grand potentiel touristique grâce à sa médina renouvelée et ses sites uniques».

    De l’avis des uns et des autres, le jardin Jnane Sbil pourrait devenir un haut lieu d’animation culturelle, musicale, et cinégraphique (mapping aussi). En tout cas, une commission restreinte réunissant les responsables de la Fondation Esprit de Fès, la wilaya, l’Ader, universitaires et professionnels du tourisme, veillera sur la préparation d’un projet d’animation adéquat pour ce jardin mythique.

    S’étendant sur une superficie de 7,5 ha, ce cirque luxurieux est très riche en espèces fauniques et végétales. En fait, Jnane Sbil, aménagé au XVIIIe siècle par le sultan Moulay Abdallah, continue d’exercer son attraction sur la population en quête de quiétude et de sérénité loin de la pollution atmosphérique et sonore et des tumultes de la ville.

    D’ailleurs, l’Ader lance incessamment le rétablissement et la remise en marche de sa fameuse Noria, tout comme celle de Moulay Abdallah, pour un budget prévisionnel de 2 millions de DH. Inscrits dans le cadre du programme de valorisation des monuments historiques et lieux emblématiques, les travaux de réhabilitation de ces Norias datant du XIVe siècle devront durer 6 mois.

    En attendant, le jardin continuera d’accueillir des centaines de visiteurs, tous impressionnés par la nature. En revanche, il faudrait nettoyer le lac central et appeler les riverains à ne pas se débarrasser de leurs détritus dans les ruisseaux adjacents, sous peine d’une lourde amende.

    Rappelons à ce titre le triste épisode de septembre dernier quand des milliers de poissons morts flottaient à la surface du bassin de Jnane Sbil. A l’époque, des acteurs de la société civile pointaient du doigt le déversement en grande quantité de margines ainsi que d’eaux usées de douars non équipés pour l’assainissement, mais aussi de déchets industriels.

    Résultat, l’eau manque d’oxygène, la concentration d’azote devient trop importante et favorise le développement des algues vertes, peu propices à la vie animale. Le seul moyen de pallier ce manque est la pluie qui permet d’oxygéner le milieu. Et en période estivale, il faut éviter la pollution afin d’éviter les désastres écologiques. Surtout que ce parc est de plus en plus convoité par les habitués du festival des musiques sacrées du monde, prévu du 14 au 22 juin.

    «Les spectacles tenus dans ce jardin ont connu un franc succès. Nous réitérons cette expérience lors de ce 25e festival, ce qui permettra de promouvoir le jardin ancestral de la capitale spirituelle», souligne Abderrafih Zouitene, président de la Fondation Esprit de Fès, organisatrice du festival.

    Pour rappel, Jnane Sbil a bénéficié entre 2006 à 2010 d’une grande opération de rénovation sous l'impulsion du Roi Mohammed VI. Ce jardin de 7,5 hectares, qui est le plus ancien de la cité Idrisside, a retrouvé toute sa splendeur et a ouvert ses portes au public en juin 2011. Le parc a de beaux paysages à offrir à ses visiteurs.

    Outre son lac imposant ou encore sa noria datant de plusieurs siècles, Jnane Sbil dispose également d'un beau patrimoine végétal qui vaut la découverte. Il comprend un ensemble de lots: «Jardin andalou», «Jardin mexicain», «Jardin des bambous», passerelles et petits ponts pour une balade romantique.

    En plus d’un lac et d’une étoile fleurie, autrefois repère et lieu de rencontre pour les «nationalistes». A ne pas rater, l'allée des washingtonia centenaires qui dessine une perspective imposante de bout en bout du jardin ou encore le jardin aromatique.

    Une réhabilitation à l’identique

    Créé au XVIIIe siècle, «Jnane Sbil», compte plus de 3.000 espèces végétales dont certaines sont très rares. Subissant les outrages du temps, ces espaces devaient être réhabilités. Et c’est ce qu’a initié, à partir de 2006, la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement. Fédérant des capitaux de l’ordre de 30 millions de DH, celle-ci a chapeauté l’opération durant quatre années. Les travaux se sont en fait appuyés sur les documents d'origine (archives, plans, photos, textes, etc.) et sur les témoignages de façon à respecter l’authenticité. Aussi, il a été procédé à la réhabilitation du patrimoine végétal et surtout des systèmes hydrauliques anciens (fontaines, seguias, canaux, norias…). Réhabilité en 2010 après plus de quatre années de fermeture, cet espace vert a été inauguré en juin 2011 par SAR la princesse Lalla Hasna, présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement. Signalons enfin que la visite est offerte gratuitement aux amoureux de la nature. Et hormis le lundi, l’espace est ouvert quotidiennement aux habitants et visiteurs de la ville de 9h à 17h.

    De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc