×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Attentats au Sri Lanka: Le monde entier endeuillé

    Par L'Economiste | Edition N°:5500 Le 22/04/2019 | Partager
    Plus de 207 morts, dont plus de 450 blessés... un bilan encore provisoire
    Les explosions ont ciblé des hôtels de luxe et des églises dans 3 villes
    Indignation et révolte auprès des nations, les USA prêts à intervenir
    au-sri-lanka-attentats-00.jpg

     L’archevêque de Colombo demande une enquête solide et impartiale au gouvernement du Sri Lanka et appelle à «punir sans pitié» les responsables des attentats, «car seuls des animaux peuvent se comporter ainsi» (Ph. AFP)

    A l’heure où nous mettions sous presse, le Sri Lanka, visé dimanche par une série d’explosions meurtrières dans des hôtels de luxe et des églises de la capitale Colombo et 2 autres villes de l’île d’Asie du Sud où était célébrée la messe de Pâques, comptait plus de 207 morts et plus de 450 blessés, selon la police.

    Les autorités sri-lankaises ont décrété un couvre-feu immédiat et le blocage temporaire des réseaux sociaux pour empêcher la diffusion de fake news en réponse à ces explosions. Hier, dimanche, 3 personnes avaient déjà été arrêtées. Ces violences, qui n’ont pas été revendiquées dans l’immédiat, sont les plus meurtrières dans le pays depuis la fin de la guerre civile il y a dix ans.

    Une vidéo prise dans l’une des églises touchées montrait de nombreux corps recroquevillés, le sol parsemé de décombres et couvert de sang. La violence de l’explosion avait soufflé des parties du toit, laissant entrevoir le ciel.

    Huit explosions se sont produites dans cette île prisée des touristes étrangers, six dans la matinée et deux en début d’après-midi. Au moins deux d’entre elles sont le fait de kamikazes.

    Le Premier ministre sri-lankais Ranil Wickremesinghe a fustigé des «attaques lâches» et appelé le pays à l’unité. Au moins 2 kamikazes ont participé à cette série d’explosions dont le gouvernement n’a pas encore précisé le mode opératoire. À Orugodawatta, un kamikaze a tué trois policiers en se faisant exploser dans un bâtiment de cette banlieue de Colombo.

    C’était la 8e explosion de la journée à frapper l’île. Des églises célébrant la messe de Pâques et des hôtels de luxe ont été touchés à Colombo et dans 2 autres villes du pays. Des témoins ont fait état de l’implication d’au moins un autre kamikaze. Dans l’hôtel de luxe Cinnamon Grand, un kamikaze a enclenché sa bombe dans la file de clients attendant de pouvoir entrer pour un buffet de Pâques dans un restaurant de l’établissement.

    «Il est allé au début de la queue et s’est fait sauter», a raconté à l’AFP un employé. «C’était le chaos total», a-t-il décrit. Selon d’autres responsables de l’hôtel, l’homme était un ressortissant sri-lankais qui avait pris une chambre depuis samedi dans l’établissement. Cette explosion s’est produite en même temps que deux autres explosions dans des hôtels de luxe situés juste à côté, le Kingsbury et le Shangri-La.

    Le chef de la police nationale sri-lankaise, Pujuth Jayasundara, avait pourtant alerté ses services il y a dix jours en indiquant qu’un mouvement islamiste appelé NTJ (National Thowheeth Jama’ath) projetait notamment «des attentats suicides contre des églises importantes».

    Ces actes terroristes ont suscité de l’émoi dans le monde entier, et notamment au plus haut sommet religieux. Le pape François a aussitôt exprimé sa «tristesse» après ces attentats endeuillant le dimanche de Pâques, se déclarant proche de «toutes les victimes d’une si cruelle violence». Des condoléances et des appels à défendre la liberté religieuse se sont multipliés dans le monde en réaction à ces attentats sanglants.

    «De tels attentats en ce jour saint sont des actes de violence contre toutes les croyances», affirme la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini qui soutient l’avis du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker quant à «l’horreur» de la situation.

    Angela Merkel, la chancelière allemande, et Theresa May, Première ministre de la Grande-Bretagne, dénoncent fermement et estiment que le monde «doit s’unir pour faire en sorte que personne ne doive jamais avoir à pratiquer sa foi dans la peur» et que «la haine religieuse et l’intolérance ne doivent pas l’emporter». Solidarité et consternation aussi auprès d’Emmanuel Macron, président de la France, et Mark Rutte, Premier ministre des Pays-Bas, assurant les proches des victimes de leur profonde affliction. 

    Cette violence fait régir toutes les fois et toutes les religions. Espagne, Iran, Palestine, Italie condamnent sans appel ces terribles attentats, et comme le soutient Pedro Sanchez, le chef du gouvernement espagnol «la terreur et la barbarie ne nous feront jamais plier».

    Un avis partagé et martelé par l’Iran qui affirme que «le crime d’aujourd’hui montre une fois de plus que le phénomène détesté du terrorisme est devenu un problème mondial, indépendamment de toute frontière, race, nationalité ou religion, et qu’il ne peut être éradiqué que par la volonté de fer de tous les pays».

    Ou encore par la Palestine, à travers son président Mahmoud Abbas, qui dénonce ces attentats «horribles et criminels» et appelle «les pays du monde à coopérer pour éradiquer le terrorisme, un mal qui se répand comme une épidémie dans le monde entier». «Nous sommes prêts à apporter notre aide!», propose de son côté Donald Trump, président des USA, également horrifié par ces actes.

    L’Egypte, en plein référendum pour reconduire le général Abdel Fattah al-Sissi, dénonce aussi fermement ces attentats. Le président égyptien a condamné dans un tweet des «actes terroristes» qui «ciblent l’humanité toute entière». «Je n’arrive pas à imaginer qu’un être humain puisse cibler des personnes paisibles durant leur jour de fête», a commenté le grand imam d’Al-Azhar, le cheikh Ahmed al-Tayeb, ajoutant que «l’instinct de ces terroristes contredit les préceptes de toutes les religions».

    Synthèse AFP

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc